Société

Le Monopoly des inégalités, une version revisitée pour sensibiliser les jeunes aux inégalités et discriminations

Une nouvelle extension du célèbre jeu de plateau que nous connaissons tous, le Monopoly, vient d'être lancée. Celle-ci à notamment pour but de faire réfléchir les joueurs sur les différentes inégalités présentes dans notre société.

Que ce soit en famille ou entre amis, nous nous sommes tous déjà laissés tenter par une partie de Monopoly. Vous savez, ce célèbre jeu de plateau dont le but est de s’enrichir aux détriments des autres joueurs. Une toute nouvelle version vient de voir le jour: appelée « Monopoly des inégalités », celui-ci serait le nouveau moyen de faire prendre conscience aux jeunes que les inégalités existent, tout en s’amusant.

Une version engagée

Ce projet très bien pensé a été développé par l’Observatoire des inégalités. Les disparités sont au coeur de nombreux débats et les choses évoluent, mais l’idée serait de sensibiliser les jeunes au plus tôt face aux discriminations, tout en s’amusant. L’homophobie, le racisme, le sexisme mais aussi les différences de moyens dans les foyers sont abordés. En ce qui concerne les règles, celles-ci ont été totalement pensées afin d’illustrer ces inégalités que nous connaissons tous au quotidien. Par exemple, l’une d’elles est que les filles reçoivent moins d’argent que les garçons lorsqu’elles passent par la case départ. Certains commencent la partie en possédant déjà des biens tandis que d’autres n’ont le droit qu’à un seul dé… Tout le jeu est pensé afin de sensibiliser aux inégalités présentes dans notre société.

Un jeu qui fait réfléchir

Le principal objectif de ce jeu est bien sûr de faire réfléchir les enfants sur le sujet des inégalités. Mais pas seulement ! En effet, celui-ci développe également plusieurs valeurs chez l’enfant: les joueurs sont implicitement incités à développer leur tolérance ainsi que leur empathie. De plus, ils sont quelque fois forcés de réagir à certaines situations du jeu parfois injustes. Mais ce n’est pas tout: la nouvelle version du Monopoly montre également aux enfants que la réussite n’est pas synonyme de richesse. Il y a bien d’autres moyens d’atteindre de son but ! Afin de faire évoluer les mentalités de notre société, la nouvelle version du Monopoly s’inscrit dans le cadre d’un atelier pédagogique. Cet atelier dure 2 heures: 30 minutes de jeu et 1h30 de débat. Ce jeu est pensé et est accessible aux enfants à partir de 11 ans. C’est un bon moyen de pouvoir échanger sur les différentes inégalités que connait notre société actuelle. De plus, il permet également d’essayer de changer les mentalités afin de réduire, voire idéalement de faire disparaitre à terme les différences de traitement et discriminations que beaucoup subissent au quotidien.

À LIRE AUSSI :  LEGO : APF France Handicap lance un appel aux dons de petites briques de construction

Mais au fait, l’Observatoire des inégalités c’est quoi ?

L’observatoire des inégalités se définit comme un organisme indépendant. Fondée en 2003, il a pour but de sensibiliser la société aux différentes inégalités présentes en France, mais également en Europe et dans le monde entier. C’est en 2017 que l’organisme commence à faire beaucoup parler de lui. Il réalise une vidéo de jeunes enfants jouant une partie de « Monopoly des inégalités ». Cette vidéo est très vite devenue virale dans toute la France. C’est en constatant son succès que l’Observatoire des inégalités s’est lancé dans la conception de la nouvelle version du célèbre jeu de plateau. La version “familiale”, à jouer entre 3 et 6 personnes, est accessible au prix de 55€, mais il existe aussi une version “scolaire”: pour une version jouée à 35 participants (lisez ici “élèves”), il faudra compter 150€. Un concept à saluer afin de déconstruire au plus tôt les préjugés que l’on peut inconsciemment transmettre aux enfants, pour une société et un avenir meilleur.

Source
handirect.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page