Mouchoirs en tissu ou mouchoirs en papier, lequel est réellement le plus écologique (et hygiénique) ?

Avec le retour du printemps, la question des mouchoirs refait surface. Si vous pensez être éco-responsable en optant pour le tissu, détrompez-vous ! Une récente étude révèle des vérités surprenantes sur l'impact environnemental et la propreté des mouchoirs en tissu. Préparez-vous à changer votre perspective sur ce petit accessoire quotidien.

Dans quelques semaines, le printemps reviendra et avec lui, les premiers symptômes allergiques. Les allergies au pollen touchent environ 30 % de la population, selon le ministère de la Santé. Parmi les symptômes de ces allergies, il en est un qui vous incite à dégainer votre mouchoir : la crise d’éternuement. Consciencieux et plutôt écolo, vous tirez alors de votre poche, un mouchoir en tissu lavable et réutilisable. Comme le papier-toilette, vous pensez que les mouchoirs jetables sont polluants, et très peu écologiques. Pourtant, vous allez voir qu’une récente étude publiée sur le site The Conversation, révèle que le mouchoir en tissu est plutôt très dégoûtant, et pas si écologique que l’on pourrait le penser. Décryptage.

Retour sur l’histoire du mouchoir

Le mouchoir en tissu aurait été inventé par hasard par une riche vénitienne au XVIe siècle. Cette femme aurait découpé une pièce de lin, qu’elle aurait brodé de dentelles, et utilisée pour éponger la sueur délicatement. Le mouchoir en tissu de nos grand-mères, a longtemps été un « marqueur social » de la noblesse et de l’aristocratie. Quant au mouchoir en papier, il a été inventé en 1924, et a progressivement remplacé le mouchoir en tissu. Entré avec force dans l’ère du « tout-jetable », le mouchoir en papier a envahi les foyers. Depuis quelques années, le mouchoir en tissu, lui, revient sur le devant de la scène, puisque l’heure est à la réutilisation, et à la diminution des déchets.

La boite de mouchoirs en papier que l'on trouve désormais dans chaque maison.
La boite de mouchoirs en papier que l’on trouve désormais dans chaque maison. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Depositphotos

Le mouchoir en tissu : un ramassis de bactérie ?

Souvenez-vous, lors de l’épidémie de COVID 19 qui a sévi dans le monde entier en 2020, les autorités conseillaient d’utiliser des mouchoirs à usage unique. Et, ce n’était pas forcément pour faire marcher le commerce, mais pour éviter une propagation du virus plus importante. Lorsque vous vous mouchez dans un mouchoir en tissu, vos microbes sont conservés dans le tissu, et donc dans votre poche. Et, lorsque vous le réutilisez pour le « mouchage » suivant, vos microbes ont macéré, et vous les distillez autour de vous, sans même vous en apercevoir. Bien sûr, les microbes survivent aussi sur les mouchoirs en papier, mais moins longtemps, selon cette autre étude. En réalité, pour utiliser un mouchoir en tissu, celui-ci devrait servir une seule fois, et être, de suite, lavé à 60 °C au minimum.

Le mouchoir en tissu : plus écologique que le mouchoir en papier ?

Ecosystem Analytics, une société américaine, a entrepris une analyse comparative de l’empreinte environnementale des mouchoirs en coton réutilisables par rapport à celle des mouchoirs en papier jetables grâce à la méthode d’évaluation du cycle de vie. Cette analyse vise à étudier différents impacts environnementaux :

  • Les impacts sur la qualité de l’écosystème (liés à la pollution chimique des sols et des eaux)
  • Les impacts sur la santé humaine
  • Les impacts en termes de ressources (comprenant les besoins énergétiques totaux en énergie non renouvelable et l’extraction minérale)
  • Les impacts sur le changement climatique (intégrant les émissions de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone, le méthane, la vapeur d’eau, l’oxyde nitreux et les CFC)
Un homme se mouchant à cause d'une allergie au pollen.
Un homme se mouchant à cause d’une allergie au pollen. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Depositphotos

Le verdict est sans appel, et il ne va absolument pas dans le sens du mouchoir en tissu. Selon cette analyse, le mouchoir en tissu aurait un impact environnemental cinq à sept fois plus important qu’un mouchoir en papier équivalent. Ceci s’expliquant par les méthodes de fabrication des mouchoirs en tissu, utilisant du coton, des millions de litres d’eau, émettant des gaz polluants lors de la fabrication. Conclusion, le mouchoir en papier serait plus écologique que le mouchoir en tissu, à condition de le choisir en matériaux recyclés ! Cependant, il faut le jeter dans une poubelle, et non sur la voie publique, aggravant un peu plus la pollution sur la planète ! Que pensez-vous de cette étude ? Utilisez-vous des mouchoirs jetables, ou en tissu ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
Numerama.com
Source
Theconversation.com

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page