Innovation

ATL-59 : ils inventent un collecteur d’eau de pluie urbain qui permet d’économiser jusqu’à 20 000 litres par an

L'ATL-59 est l'un des 20 finalistes du concours James Dyson Award et il est le premier collecteur d'eau de pluie qui s'installe sur un balcon ou sur le rebord d'une fenêtre !

Parmi les 20 finalistes du célèbre concours d’innovation James Dyson Award se trouve une invention mexicaine qui entend faire face au futur « Jour Zéro » qui est le jour où il n’y aura plus d’eau dans la ville de Mexico, l’une des villes les plus peuplées au monde. Cette invention, qui a déjà été récompensée en 2021 par le National Design Prize (Mexico) – Product Design Category nous vient de deux jeunes inventeurs : Iván Aaron López et Brizeth Garcia Diaz. Cette invention porte le nom d’ATL-59, un nom de code pour un système qui entend faciliter la collecte des eaux de pluie au sein même des appartements… Un appareil révolutionnaire pour la ville qui permettra à tous les habitants d’économiser de l’eau dans leur quotidien. Découverte.

D’où leur est venue cette idée ?

Les deux hommes, étudiants à l’Universidad Autónoma Metropolitana de Mexico connaissent bien leur ville qui, ces dernières années a souvent été confrontée à des problèmes liés à l’eau, et notamment à de fréquentes sécheresses, mais également à une mauvaise gestion de l’approvisionnement et un accès inégal à l’eau en fonction des classes sociales de la population. Dans le même temps, la population continue à croître et donc à avoir besoin de nouveaux logements, donc de nouveaux systèmes d’approvisionnement en eau…. Les inventeurs d’ATL-59 veulent rendre les économies d’eau accessibles à tous et surtout faciles… Et ce pour tenter de retarder le Jour Zéro… D’ailleurs, le nom de leur invention n’a pas été choisie au hasard, ATL signifie eau dans la langue indigène et 59 est le début du compte à rebours avant le Jour Zéro !

"Grâce à cela, le système peut aider une famille de 4 personnes à économiser jusqu'à 20 000 L par an."
“Grâce à cela, le système peut aider une famille de 4 personnes à économiser jusqu’à 20 000 L par an.”. Crédit photo : Iván Aaron López et Brizeth Garcia Diaz

Comment fonctionne ATL-59 ?

Le système ATL-59 se compose d’un système à trois éléments :

  • Un collecteur d’eau de pluie
  • Un système d’économie de douche
  • Des récipients

Selon ses inventeurs ATL-59 permettrait à une famille de 4 personnes d’économiser jusqu’à 20 000 litres par an. Concrètement, le collecteur de pluie dispose d’un filtre à trois couches qui rend l’eau de pluie utilisable pour l’arrosage des plantes, le nettoyage de la maison ou de la voiture, ou pour la chasse d’eau des toilettes ! Le collecteur est de petite taille de telle sorte qu’il peut être installé sur un balcon ou même sur le rebord d’une fenêtre…

À LIRE AUSSI :  Six inventions et innovations étonnantes capables d’extraire de l’eau potable directement dans l’air ambiant

C’était un élément clé de l’invention, les appartements à Mexico comme dans toutes les métropoles étant largement majoritaires sur les maisons avec jardin ! Dans l’ATL-59, il y aussi un système d’économie pour la douche ! Rappelons que des dizaines de milliers de litres d’eau sont gaspillés chaque année lorsque l’on attend que l’eau de la douche devienne chaude ! Le système d’économie de douche est en fait un procédé qui capture l’eau froide à la surface et la dirige vers un réservoir, cette eau peut être utilisée comme l’eau de pluie et aussi pour laver le linge… Quant aux réservoirs intégrés, ils ont une capacité de 6 litres, soit pile la quantité qu’il faut pour la chasse d’eau.

Le collecteur d'eau de pluie peut être installé sur un balcon ou sur le rebord d'une fenêtre d'un immeuble.
Le collecteur d’eau de pluie peut être installé sur un balcon ou sur le rebord d’une fenêtre d’un immeuble. Crédit photo : Iván Aaron López et Brizeth Garcia Diaz

Une commercialisation bientôt ?

S’ils sont lauréats du prix James Dyson Award, les choses pourraient s’accélérer pour eux… Mais s’ils ne gagnent pas, leur produit devrait tout de même voir le jour… Après de nombreux tests et prototype, ils ont construit un prototype final de collecteur de pluie en fibre de verre pour le tester, mais tous les systèmes ont été conçus de manière à pouvoir être produits à l’échelle industrielle, en optimisant les coûts et en les rendant accessibles à tous. C’est pour le moment la SEULE solution proposé pour collecter l’eau de pluie en zone urbaine et c’est une excellente idée qui devrait faire le tour du monde !

Source
Jamesdysonaward.org

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

6 commentaires

  1. Pour le remplir avec une telle surface de collecte il va falloir des pluies diluviennes…
    Avec mes 40m2 de toiture, j’ai attendu 2 mois pour remplir mon récupérateur de 300l grâce à un orage providentiel…

  2. Ça m’intéresse.
    En appartement, collecter l’eau de pluie c’est pas possible, mais avec ça sur le balcon, je pourrais arroser mes plantes en économisant l’eau. C’est tout simple et efficace

  3. Calcul à revoir…
    Je ne connais aucun lieu sur terre qui reçoit 100m de pluie par an!
    A l’œil le collecteur fait 50x40cm ce qui représente 2000cm2.
    1cm de pluie représente donc 2000cm3 = 2000ml = 2l
    Cm de pluie nécessaire pour obtenir 20’000 litre avec la surface estimée du collecteur
    20000l / 2= 10000cm = 100m, presque 4x plus que le maximum mondialement enregistré.
    Cherrapunji détient le record annuel de précipitations avec plus de 26 mètres (26 470 mm) enregistrés entre août 1860 et juillet 1861.
    Quelques verifications journalistiques serait bien venue avant la publication !
    A bonne entendeur

  4. 20 000 litres par an, soit environ 55 L par jour…
    En comptant qu’il pleut tous les jours… Et qu’il pleut beaucoup !!!

    Et tout ça dans un bac qui contient visiblement à peine 5L.

    L’idée est bonne, mais pour l’instant c’est surtout de la comm’…

  5. L’idée est bonne, notamment la zone de captation dépassant largement le bac, mais…
    20.000 litres par an, c’est l’estimation pour l’ensemble, donc aussi récupération de l’eau froide de la douche avant l’arrivée de l’eau chaude, et le 3e système avec 2 bacs de 12l je ne sais plus ce que c’est censé récupérer mais ce n’est pas de l’eau de pluie.
    Donc, revenons au récupérateur seul.
    L’annonce pour le récupérateur d’eau de pluie fait état d’une récupération de “jusqu’à 40l/j”.
    La surface de récupération du prototype doit faire environ 1mx50cm = 0,5m². La pluviométrie en Belgique est d’environ 800mm/an soit 800l/m² chaque année. Et sachant qu’en moyenne 1/4 de la pluie frappe chaque façade, je compte un gros demi-litre par jour par bac en moyenne.
    Sans compter que pour un grand immeuble, il faut un expert en géométrie pour s’assurer que tous les bacs reçoivent leur lot, même au rez de chaussée. Que les bacs du haut ne fassent pas d’ombre à ceux du bas.
    Sans compter que les jours d’orage, plein de bonne eau de pluie se déverse vers les inondations.
    Donc, il faut 80 bacs de récupération, donc une grande maison et pas un appartement en HLM, pour atteindre les 40l/J.
    L’idée est bonne, mais la comm manque de substance.

  6. C’est un peu n’importe quoi.
    En moyenne il pleut 755mm par an à Mexico. Un rapide calcul montre qu’il faut 53 dispositifs de ce type pour capter 20000l/an.
    Mais surtout, dans la plupart des régions du monde, la pluie est irrégulière, avec une saison sèche et un saison humide. Pendant la saison sèche où le bidule ne se remplira pas, les besoins seront supérieurs. Pour y palier il faut de grandes surfaces de collecte, avec des volumes de stockage conséquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page