Innovation

Un ingénieux système de filtration de toiture autonome qui transforme l’eau de pluie en eau potable

Récupérer l'eau de pluie est possible, mais elle n'est pas potable, sauf si vous possédez l'étonnant système de filtration inventé par une start-up brésilienne, le Chovechuva !

Comment rendre l’eau de pluie potable ? Vous ne le savez peut-être pas, mais celle-ci ne peut pas être consommée quand elle tombe du ciel, ni utilisée pour la cuisson. En France, c’est même strictement interdit sauf pour arroser le jardin, ou nettoyer votre terrasse. Au Brésil, il existe depuis quelques années un système qui filtre directement l’eau de pluie qui ruissellent des toits, le Chovechuva ! Ce procédé hyper ingénieux transforme l’eau de pluie en eau potable et consommable. Une aubaine dans ce pays où l’accès y est parfois compliqué. En en plus, il fonctionne sans électricité. Présentation !

Chovechuva c’est quoi ?

Le système Chovechuva est le seul qui traite les eaux de pluie à usage domestique. Concrètement, le système va séparer l’eau des résidus, feuilles et particules en plus grande proportion et filtrer le calcaire pour ajuster le pH. L’eau filtrée une première fois entre ensuite en contact avec des pastilles de chlore qui vont éliminer les micro-organismes nocifs. L’eau se retrouve ensuite dans un système de filtration plus fin pour nettoyer les dernières impuretés résiduelles de l’eau de pluie. Une fois l’eau passée dans le système, le stockage se fait dans des cuves souterraines ou en surface, ce qui permet d’avoir toujours de l’eau potable gratuite à disposition.

le système de filtration Chovechuva
Crédit photo : Chovechuva

Combien de litres d’eau Chovechuva permet d’économiser ?

Pour donner un exemple, un toit de 100 m², quand il pleut très fort, ce qui est le cas au Brésil parfois, c’est environ 15 000 litres d’eau gaspillés. Stocker cette eau de pluie et la rendre potable, c’est évidemment en faire bénéficier les populations, mais également lutter contre les ruissellements qui provoquent des glissements de terrain et l’érosion. La capacité de filtration du système est de 3000 litres d’eau par heure et peut couvrir un toit de 150 m². Ce qui permettrait d’économiser jusqu’à 900 000 litres d’eau chaque année. Le système Chovechuva a été certifié par le ministère de la Santé Brésilien, ce qui veut dire que c’est un produit sûr sanitairement parlant.

À LIRE AUSSI :
Des employés municipaux inventent une fontaine à brancher sur une borne à incendie pour faciliter l'accès à l'eau potable

Comment ça marche exactement ?

Le système de filtration vient se fixer sur les colonnes des gouttières déjà installées, elles-mêmes reliées à une cuve de stockage. Lorsque l’eau ruisselle dans la gouttière, elle vient se loger directement dans le système de filtration et traite directement l’eau qui tombe du ciel. Le système est totalement autonome et n’a besoin d’aucune source d’énergie supplémentaire pour fonctionner.

L’eau, un enjeu pour de nombreux pays…

En Europe, il suffit bien souvent de tourner un robinet pour voir s’écouler une eau pure, traitée, assainie et en boire un verre. Si, pour nous, c’est une habitude de jeter l’eau potable dans les WC (eh oui), pour certains pays du monde c’est plutôt, une hérésie. Dans les endroits reculés d’Afrique ou même du Brésil, l’eau est précieuse et souvent non potable. Avec ce système, la start-up espère pouvoir apporter l’eau nécessaire aux bains, à l’arrosage du jardin, et à l’irrigation des cultures en été, de manière totalement gratuite pour les populations. Si vous souhaitez en savoir encore plus sur le système ChoveChuva, rendez-vous sur le site de la marque (en portugais).

Source
Neozone.orgChovechuva.com.br

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

13 commentaires

  1. Il est tout à fait possible de consommer de l’eau de pluie en France pour un usage personnel. Il faut en faire la demande et placé un compteur pour mesurer l’eau qui sera traité par la suite. Ces démarches sont aujourd’hui assez Inconnu et vous pouvez subir des contrôles sur votre installation. Aussi, vous devrez déclarer régulièrement votre compteur au même titre que l’eau consommée auprès de votre fournisseur d’eau.

  2. Vous pouvez boire a titre personnel de l’eau de pluie.bien sur. Ce qui est interdit, c’est de relier la cuve de récupération au réseau d’eau potable de la maison afin de les mélanger. L’eau potable qui provient d’un concessionnaire avec toutes les garanties d’hygiène. Il faut que le plombier crée un réseau parallèle, avec une pompe donc, et uniquement vers les toilettes et le lave linge. Pas vers les robinets de la cuisine et de la salle de bain. Mis ce syste venant du Brésil m’intéresse par principe, il faut juste voir les autorisations des autorités de santé publique .

  3. Des systèmes sont déjà utilisés par particuliers et industriels à travers le monde… avec 3 filtres et un osmoseur… effectivement électrique. Le système bresilien est plus esthétique et simple (merci le marketing) mais je doute de la qualité de filtration (ex: particules liées aux pollutions fines et autres… ce qui au Brésil n’est pas une mince affaire….). Car seule l’osmose permet un traitement à 100%. Après je suppose que la balance ‘accès à l’eau avec une qlt et prix mini’ VS ‘santé publique’ penche pour ce système accessible. Et tant mieux vu la prise de conscience écologique tardive de ce monde !
    Les états devraient obliger toute nouvelle construction immobilière à intégrer un système de récupération d’eau de pluie et panneaux solaire à minimum !

  4. bonjour,
    je suis sur un projet en Afrique, ce procédé m intéresserai.
    comment avoir des i formations sur:
    coût
    délais
    maintenance
    dépositaire en France

  5. Eau chlorée et sans minéraux ni oligoéléments donc peu d intérêt face aux eaux de source naturelles. Il vaut mieux utiliser l eau de pluie pour le jardin, les Wc et laver sa voiture…

  6. c’est bien mais je fait déjà des installations de ce genre sur des bateaux d’habitations. alors soit le journaliste n’a pas tout capté ou alors il y a vraiment un problème de conception fondamentale. on enlève les particules même les plus fines avant le traitement chlore sinon le chlore n’est pas efficace. maintenant le gros plus c’est l’absence d’énergie mais une qualité aléatoire. au sujet des debits c’est encore du blabla de journalistes. ces chiffres ne sont pas cohérent. de plus une maison de 150m2 n’a pas qu’un tuyaux de descente donc il faut minimum 2 ou 4 appareils pour traiter la totalité de la toiture

  7. Bonsoir,
    Je suis intéressée. Avez vous de représentant en France Svp, je suis de Bordeaux.
    Merci
    Bien à vous

  8. L’eau ne sera bactériologiquement potable qu’après stérilisation.

    Si certains peuvent boire l’eau du Gange, d’autres en meurent.

    Attention danger!

  9. Bonjour, merci de nous donner l’information pour trouver cet appareil en France
    Cordialement

  10. Bonjour je serai intéressé Pourriez-vous me renseigner où trouver cet appareil
    Cordialement

  11. Bonjour ce procédé est vraiment très intéressant pourriez-vous me donner plus d’informations et où peut-on trouver cet appareil.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page