Innovation

Deux entreprises japonaises inventent une capsule de sieste verticale … pour dormir debout sur son lieu de travail

60 heures, c'est le temps moyen hebdomadaire qu'un employé japonais passe sur son lieu de travail... Pour tenter d'éviter les morts par surmenage, ils inventent une capsule verticale pour pouvoir se reposer quelques minutes !

En France, la sieste au bureau est encore assez mal vue, mais les choses commencent à évoluer, et certaines entreprises proposent des salles de repos, des capsules de sieste ou offrent à leurs employés des hamacs qui s’installent sous les bureaux. L’inconvénient de ces systèmes, c’est qu’ils prennent beaucoup de place dans les entreprises parfois exiguës car il faut faire une sieste « à l’horizontale », ce qui est somme toute assez logique ! Au Japon, il semblerait que les employés puissent désormais littéralement « dormir debout », au moins pour une sieste de quelques minutes… Le fournisseur de mobilier de bureau Itoki a en effet collaboré avec l’entreprise de menuiserie Koyoju Plywood Corporation pour fabriquer une capsule de sieste debout appelée Kamin… Claustrophobes, s’abstenir !

A quoi ressemble la Kamin ?

Kamin se traduit en français par « boîte à sieste », et se présente telle une capsule à UV, mais verticale. Elle a été conçue pour que les employés profitent des bienfaits d’une sieste quotidienne, sans prendre trop d’espace dans les locaux. Les deux entreprises collaborant sur cette invention expliquent que les japonais travaillent parfois plus de 60 heures par semaine, même si la loi en impose seulement 40. Passer sa vie au bureau, au Japon, est un gage de sérieux et de confiance. Mais les Japonais, comme les autres, ont aussi besoin de moments pour décompresser.

Une capsule verticale pour dormir au travail
Une capsule verticale pour dormir au travail. Crédit photo : Itoki Corp

Pourquoi dormir debout ?

L’un des dirigeants du fabricant de mobilier de bureau explique lors d’une interview accordée à Bloomberg News : “Au Japon, beaucoup de gens s’enferment dans la salle de bains pendant un certain temps, ce qui n’est pas sain. “Il est préférable de dormir dans un endroit confortable“. Cependant, la conception a été faite pour que ceux qui y piquent un petit roupillon aient la tête, les genoux et le dos parfaitement soutenus… En d’autres termes, qu’ils se sentent allongés, tout en restant debout sur leurs deux pieds ! Étrange concept peut-être mais au moins, ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles sans risquer de basculer en avant ou en arrière. L’entreprise de restauration japonaise Kawashima a investi dans ces capsules verticales et espère qu’elles inciteront les employés à faire de leur emploi une priorité, tout en stimulant leur productivité grâce à une sieste. L’un des dirigeants de l’entreprise de menuiserie conclut : “Je pense que beaucoup de Japonais ont tendance à travailler de manière continue sans faire de pause. Nous espérons que les entreprises pourront utiliser ce système comme une approche plus flexible du repos.”

À LIRE AUSSI :  Vous manquez de créativité ? Et si, comme Dali ou Edison vous pratiquiez l'hypnagogie ?

Le culte du travail au Japon !

Alors qu’en France, la durée de travail hebdomadaire légale est de 35 heures, dans les textes et selon les emplois occupés, au Japon, elle est légalement de 40 heures. Mais une enquête gouvernementale de 2016 révèle qu’en réalité, les entreprises japonaises attendent de leurs salariés une moyenne de 80 heures supplémentaires par mois… On passe donc à 60 heures par semaine, ce que font la plupart des salariés. Dans 86% des entreprises de 1000 salariés au moins, les employés travaillent en fait entre 45 et 80 heures de plus, en dehors des heures réglementaires, et jours de congés, chaque mois. Le Japon est d’ailleurs le seul pays au monde à connaître la mort par surmenage de certains employés; ils ont même inventé le mot Karoshi pour définir ces décès provoqués par un excès de travail. Les siestes debout pourraient donc permettre à ces « fous du boulot » de se reposer quelques minutes…

Source
Ladbible.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page