Innovation

Le puits canadien hydraulique, une innovation pour chauffer une maison en hiver et la rafraîchir en été

Le puits canadien hydraulique est une version améliorée du modèle classique et il dispose de nombreux avantages.

En ce moment, nous sommes tous à la recherche de moyens pour économiser sur le chauffage, et donc sur nos factures. Mais, la prise de conscience environnementale semble faire son chemin et nous sommes aussi nombreux à tenter de minimiser notre impact en choisissant des énergies propres. Depuis très longtemps, il existe un système appelé puits canadien hydraulique, qui utilise l’inertie thermique d’un sol pour rafraîchir ou réchauffer l’air intérieur de votre habitation. Le puits canadien hydraulique est un dispositif assez simple à mettre en place lors d’une nouvelle construction, mais qui demande quelques travaux pour le cas d’une installation après construction.

Comment fonctionne un puits canadien hydraulique ?

Comme nous vous l’avons dit, ce procédé est géothermique, car il utilise l’inertie thermique du sol. Il faut savoir que la température « dans » le sol se situe toujours autour de 12 °C, alors que la température hors sol varie de – 20 °C à + 40 °C en France. Il fonctionne grâce à un échangeur de chaleur connecté sur l’entrée de l’air neuf. Le puits canadien présente donc un intérêt en hiver, puisque l’air entrant parcourant le sol ne passera jamais en dessous du zéro degré, empêchant ainsi l’échangeur de la VMC double flux de geler. Et en été, si la maison est correctement isolée et protégée de la chaleur, ce système minimise les surchauffes en maintenant une température plus fraîche à l’intérieur.

Échangeur de chaleur.
Échangeur de chaleur. Crédit photo : By Mark Johnson (Marktj at English Wikipedia) – Own work, Public Domain,

En réalité, le puits canadien hydraulique fonctionne avec une étape supplémentaire : ce n’est pas seulement de l’air qui passe dans le souterrain, mais de l’eau glycolée qui va réchauffer l’air. Cette eau glycolée est alors envoyée vers un échangeur de chaleur, puis le tuyau est en contact avec un second tuyau qui capte l’air extérieur. C’est alors l’eau qui réchauffe l’air extérieur. Il fonctionne de ce fait à l’eau et peut se brancher sur une VMC double-flux, un plancher rafraîchissant ou un radiateur réversible.

Quel est l’intérêt d’un puits canadien hydraulique ?

Un puits canadien hydraulique est semblable à un puits canadien classique (également appelé puits provençal), puisqu’il chauffe en hiver et rafraîchit en été. La différence réside dans le fait qu’il peut préchauffer l’air entrant en hiver et le rafraîchir en été. Cette dernière se trouve dans son fonctionnement. Le puits canadien hydraulique pourrait se définir comme une version améliorée d’un puits classique à double-flux. Grâce à l’échangeur de chaleur, il a la particularité d’éviter les problèmes d’hygiène qui apparaîtraient potentiellement à cause de l’humidité. De plus, l’eau ne pourra pas stagner dans le tuyau et vous n’aurez pas non plus besoin de nettoyer le souterrain. Une bonne nouvelle, car ce n’est pas toujours évident à récurer.

Exemple d'utilisation d'un puits provençal (en bleu) dans une maison passive.
Exemple d’utilisation d’un puits provençal (en bleu) dans une maison passive.. Crédit photo : Par Michka B — Travail personnelPassivhaus_section_en.jpg (english)Passivhaus schema vi.svg (vietnamese)Casa pasiva.png (español)Passive house shema hr.svg (croatian)Passivhaus schema 1.svg (german), CC BY-SA 4.0, 

Les avantages d’un puits canadien hydraulique

Même si le fonctionnement ne diffère pas réellement du puits canadien aéraulique, il a tout de même certaines qualités, à commencer par sa commodité d’installation. Il est aussi plus résistant et demande moins d’entretien puisqu’il n’y a plus de risques de condensation ni de stagnation de bactéries. L’installation est également plus facile, car les tuyaux sont plus courts. Le nettoyage est quasiment nul et l’eau glycolée permet d’éviter l’apparition de bactéries. Enfin, il est plus facile à régler qu’un puits classique, son démarrage et son arrêt sont par ailleurs plus aisés à réaliser. Grâce au module de contrôle de la VMC, il peut également s’arrêter automatiquement. Ce qui n’est pas le cas d’un puits canadien traditionnel.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Un commentaire

  1. Procédé peu coûteux et facile à mettre en place c’est pour celà que l’on n’en parle très peu……….Allez les écolos. ……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page