Innovation

Mostiglass : ils inventent une moustiquaire révolutionnaire qui rafraîchit de 5 degrés l’air de la maison

Brevetée en 2018, la moustiquaire Mostiglass équipe déjà certains particuliers ou collectivités. Grâce à un principe physique, elle se veut révolutionnaire !

Ils ne sont pas encore revenus car les températures sont encore trop fraîches, mais ne vous inquiétez pas, ils arrivent ! Eux, ce sont les moustiques, ces insectes indésirables qui peuvent nous pourrir nos soirées sur la terrasse, ou nos nuits au camping… Et il faut bien avouer, qu’il est assez difficile d’y échapper lorsqu’ils apprécient la composition de notre sang ! Certains humains ne se font jamais piquer quand d’autres semblent être le mets préféré de ces mosquitos voraces. En Gironde, Nathalie et François Capitaine, un couple d’inventeurs, proposent une moustiquaire robuste, qui sert également de rafraîchisseur d’air. Découverte !

Quelle est donc cette moustiquaire ?

Le couple girondin a d’ores et déjà fait breveter son invention, mais ne souhaite pas vendre ce brevet. Ils souhaitent continuer à la produire en France, et donc à la commercialiser eux-mêmes. La moustiquaire de Nathalie et François se présente soit rigide, soit souple en fonction du support. Grâce à une phénomène physique, elle présente la possibilité de rafraîchir l’air de plusieurs degrés. Elle s’appelle Mostiglass et existe depuis 2018, mais la pandémie a retardé le développement prévu. La Mostiglass a été mise au point au retour d’un séjour du couple à l’Île Maurice et à leur rencontre fortuite avec des moustiques tigres. Nathalie, professeure de physique et son mari François, industriel spécialisé dans les polymères, ont alors mis leurs compétences en commun pour créer Mostiglass qui a d’ailleurs déjà été validée par l’OMS.

différents coloris
Crédit photo : Mostiglass / GoCap

Comment fonctionne-t-elle exactement ?

Il faut savoir que cet objet s’installe aux portes-fenêtres, baies vitrées ou fenêtres sous une forme souple ou rigide, et est réalisé sur mesure. Sur une moustiquaire classique, le temps, le soleil ou la pluie finissent par déformer le tissu qui perd en efficacité; ce dernier a d’ailleurs tendance à assombrir la pièce. C’est pourquoi François a choisi le polycarbonate en étudiant au laser la perforation afin de valider la plus performante. Nathalie, quant à elle, a travaillé sur la forme des trous de la moustiquaire en jouant sur un effet venturi, un principe physique qui permet “d’accélérer l’air qui entre, cette décompression s’accompagne mécaniquement d’une baisse de la température”. Le résultat étant qu’elle protège donc des moustiques mais que, grâce à cet effet, elle permet aussi de perdre environ 5°C à l’intérieur d’une pièce équipée. Si les températures extérieures sont très élevées, alors la température peut baisser de 10°C ! Enfin, pour ne pas assombrir la pièce, un traitement coloré a été appliqué autour de chaque trou, ce qui permet à la lumière d’entrer sans qu’il n’y ait de strie ou de rayon.

Pour qui et combien ça coûte ?

Pour le modèle souple, il faut compter 35€ le m² et 80€ pour le modèle rigide. Et les clients semblent répondre présent à cette innovation française. Des particuliers bien sûr, mais également des collectivités ou des villes comme Paris ou Montpellier… Apparemment, les clients seraient nombreux sur le littoral méditerranéen où la concentration de moustiques est assez impressionnante… Cet été, ils pourront donc profiter de la fraîcheur des soirées estivales dans leurs maisons sans redouter une invasion d’insectes piqueurs ! Pour tous renseignements supplémentaires ou devis, rendez-vous sur le site Mostiglass.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

8 commentaires

  1. La température de l’air dans la pièce ne peut pas être refroidie en utilisant le venturi. Si la chaleur ou le travail n’est pas retiré du flux, la première loi de la thermodynamique nous dit que la température TOTALE de l’air restera inchangée. La température STATIQUE de l’air sortant des trous dans le Mostiglass sera réduite parce que la vitesse est augmentée, mais après être entré dans la pièce, l’air ralentira et, ce faisant, la température augmentera à nouveau.

    The temperature of the air within the room cannot be cooled by using venturi. If heat or work is not removed from the flow, the first law of thermodynamics tells us that the TOTAL temperature of the air will remain unchanged. The STATIC temperature of air leaving the holes in the Mostiglass will be reduced because the velocity is increased, but after entering the room, the air will slow back down and in doing so, the temperature will rise again.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page