TchaoMegot : l’invention d’un isolant de construction à base de mégots de cigarettes

Recycler les mégots de cigarettes en isolant ou en doudoune : l'idée géniale de TchaoMegot et l'ambition de créer une filiale nationale.

Selon une étude de la Commission européenne, les mégots de cigarette constituent le déchet plastique le plus retrouvé sur les plages européennes. On estime entre 20 000 à 25 000 t la quantité de mégots jetés chaque année en France, explique le ministère de l’Écologie. Une pollution à laquelle une entreprise de Bresles dans l’Oise s’attaque depuis 2019, avec le rêve d’en recycler une bonne partie. Julien Paque est le fondateur de l’entreprise TchaoMegot, créée en 2019. Cette start-up française est à l’origine d’un concept de recyclage de mégots unique en France. Son idée n’est pas seulement de dépolluer la terre, mais aussi de revaloriser ce déchet qui ne l’était pas encore. Dans cette optique, il fabrique des doudounes ou de l’isolant pour les constructions. Découverte.

TchaoMegot, la petite entreprise grandit

Lorsqu’il lance son entreprise, Julien teste ses inventions et ses procédés dans la serre du jardin familial. Certains pensent qu’il est utopiste de vouloir réutiliser ce déchet qu’est le mégot de cigarette. Il les collecte dans les villes en installant des bornes, puis les dépollue sans utiliser de solvant ni d’eau. Enfin, il les intègre dans la matière qui sert à fabriquer des doudounes ou de l’isolant. Aujourd’hui, il reçoit dans un entrepôt de 1 600 m² dans l’Oise et emploi 17 personnes. L’engouement pour le recyclage des mégots est tel qu’il prévoit de s’agrandir encore, de créer de nouveaux emplois et de lancer une filiale dans le Rhône. Il a également pour dernier objectif de monter une filière nationale. L’idée étant de créer une filière complète de recyclage du mégot, comme cela existe déjà pour le verre ou les plastiques.

Un isolant « propre » fabriqué avec des mégots de cigarettes recyclés.
Un isolant « propre » fabriqué avec des mégots de cigarettes recyclés. Crédit photo : TchaoMegot

« Notre entreprise TchaoMegot a mis au point le premier procédé au monde capable de dépolluer et recycler écologiquement les mégots de cigarette. (…). Ce procédé s’avère très prometteur car aucune eau ni aucun solvant toxique n’est utilisé. Seulement un solvant neutre recyclé automatiquement et en circuit fermé. C’est la première technologie capable de transformer ce déchet dangereux en matière première exploitable, grâce à l’extraction efficace des substances toxiques. », explique l’entreprise sur LinkedIn. 

L’isolation à base de mégots de cigarettes

L’équation est assez simple : une tonne de mégot récupérée, c’est une tonne d’isolant fabriquée. En 2022, TchaoMegot a permis le recyclage de huit tonnes de mégots destinées à devenir huit tonnes d’isolants. Sur un mégot, il faut savoir que 99,7 % des fibres dépolluées ressortent propres et que les 0,3 % restant deviennent un liquide concentré. Le mégot dépollué devient alors un produit chimique de laboratoire (PCL), envoyé au labo pour être dépollué des dangereux métaux. Ces derniers étant d’ailleurs détruits par des microalgues. Ni eau ni produits toxiques, encore une fois, un véritable cercle vertueux. Une fois toutes les étapes de dépollution franchies, les mégots sont transformés en un isolant qui ressemble un peu à la laine de chanvre. La ville de Béthune (62) a déjà choisi d’utiliser cet isolant pour certains bâtiments municipaux et son université.

« La fibre du filtre dépolluée devient une matière exploitable non toxique dans le domaine de l’isolation (bâtiment, textile …). 50 000€ d’études ont été réalisées pour prouver la non toxicité de notre matériaux isolant éco-conçu ainsi que l’efficacité du procédé d’extraction écologique. Le seul effluent obtenu après dépollution est le concentré de substances toxiques et d’odeurs qui sera lui aussi recyclé. ».

Le étapes de recyclage des mégots.
Le étapes de recyclage des mégots. Crédit photo : TchaoMegot

Une seule contrainte : récupérer la matière première

TchaoMegot envisage, à termes, de produire 200 t d’isolant par an, donc de récupérer 200 t de mégots sur les 25 000 t jetés. Ce n’est pas énorme, mais la difficulté est de les récupérer. Pour l’instant, 2500 bornes sont déjà déployées dans toute la France : Laon, Fréjus, Strasbourg, Beauvais, etc. Les 80 % de bornes existantes se trouvent dans des établissements privés : entreprises, bars, restaurants, etc. Ces mêmes entreprises achètent aussi les doudounes et boucle ainsi la boucle du recyclage des mégots. La prochaine cible de TchaoMegot : équiper tous les bureaux de tabac de France et de Navarre, et capter 10 % des jets de mégots en France. Plus d’informations sur le concept, rendez-vous sur Tchaomegot.com.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Leparisien.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page