Société

Portait de Femme : Nice Nailantei Leng’ete, son combat contre l’excision des petites filles en Afrique

Nice Nailantei Leng'ete est kényane et se bat chaque jour pour faire reculer l'excision des petites filles africaines... 3 millions sont encore excisées chaque année selon des rites ancestraux et 3 millions risquent donc de perdre la vie !

Nice Nailantei Leng’ete ? Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant elle mène un combat primordial en Afrique ! Elle est en guerre contre l’excision des petites filles… Cette pratique qui consiste à enlever toute possibilité de plaisir à la jeune fille en lui ôtant le clitoris !

Une pratique barbare pourtant encore très pratiquée dans la plupart des pays d’Afrique. Un médecin égyptien a d’ailleurs actuellement poursuivi à la suite de la mort d’une fillette de 12 ans qu’il venait d’exciser sous couvert d’une chirurgie esthétique.

À LIRE AUSSI :
Congo : une femme créé Ubizcabs, une société de taxi entièrement féminine !

Nice Nailantei Leng’ete est kenyane et ambassadrice internationale de l’Amref contre les mutilations sexuelles féminines. Elle se bat chaque jour pour éduquer les populations à remplacer la mutilation par l’éducation.

L’histoire de Nice Nailantei Leng’ete :

Nice Nailantei est née à Kimana, un village masaï du Kenya. A la mort de ses parents, elle et sa sœur s’enfuient pour échapper à l’excision ordonnée par leur grand-père, devenu leur tuteur. Le rituel ancestral « The Cut » est une pratique courante dans son village et la plupart des femmes sont excisées très jeunes.

Les deux sœurs échappent une première fois au rite barbare, soutenues par leur institutrice. Lors de la seconde « sommation », sa sœur se sacrifie et reste au village pour subir l’excision.  Epargnée grâce à sa sœur Nice Nailantei fait de cette pratique le combat de sa vie.

Le drame de l'excision
  • Doré, Louisiane (Author)
  • 218 Pages - 10/01/2012 (Publication Date) - Editions L'Harmattan (Publisher)

En Afrique, ce sont chaque année 3 millions de petites filles qui peuvent perdre la vie à la suite d’une excision. Outre le fait que ces interventions soient contre nature et irrespectueuses de l’intégrité de la femme, elles sont aussi très dangereuses.

Nailantei Leng’été et l’Amref :

Cette dure réalité fait que Nailantei Leng’ete intègre l’African Medical and Research Foundation (Amref), première ONG africaine de santé publique. Grâce à cette organisation, 150 programmes sont déployés dans 30 pays d’Afrique pour lutter contre ces pratiques d’un autre temps !

Et même si son refus d’être excisée lui a valu l’exclusion de sa communauté, cette femme est fière de son combat… Fière aussi de voir l’admiration dans les yeux des petites filles qui fondent beaucoup d’espoirs en son action. Mais sa plus grande fierté est d’avoir été écoutée et entendue par son grand-père… Un dur combat qu’il va falloir mener pendant encore très longtemps !

Via
Lepoint
Tags

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer