La crise énergétique accélère la transition vers des sources d’énergies renouvelables, affirme cette étude

Plus de gaz, de charbon, ni de pétrole russes et tout devient compliqué en France ! La guerre en Ukraine a éveillé les consciences des États dépendants qui vont accélérer la transition énergétique !

Lorsque le 24 février dernier, la Russie a envahi l’Ukraine, la plupart des spécialistes pensaient à une guerre éclair qui n’aurait que très peu de conséquences sur la vie économique de l’Europe. Rappelons que l’Ukraine est le pays considéré comme le grenier de l’Europe et le principal fournisseur de céréales, tandis que la Russie nous fournissait en gaz jusque-là ! Trois cents jours plus tard, la guerre en Ukraine est non seulement une catastrophe humaine, mais également une catastrophe économique pour tous ceux qui dépendaient, de près ou de loin, de ces deux pays. Nous avons commencé à en ressentir les premiers effets à travers une crise énergétique annoncée. Mais cette dernière pourrait bien accélérer la transition « verte » et l’on vous explique pourquoi.

La guerre en Ukraine, un impact sur la transition écologique ?

Selon l’Agence internationale de l’Énergie (AIE), cette guerre en Europe entraînera bien des conséquences sur l’accélération de la transition énergétique ! Depuis son déclenchement, les exportations des hydrocarbures russes sont devenues plus rares. Placés devant le fait accompli, les pays européens qui en dépendaient devront forcément trouver des alternatives afin d’obtenir une indépendance énergétique plus renforcée ! Depuis, les livraisons de pétrole, de charbon et de gaz naturel russes ont été suspendues et les États européens vont devoir investir massivement dans les énergies renouvelables. Dans un récent rapport de l’AIE, l’on apprend donc que la crise en Ukraine provoquera des changements profonds et durables qui pourraient accélérer la transition vers des systèmes énergétiques plus sûrs et durables.

Trois centrales électriques domestiques à petits prix pour alimenter vos appareils doméstiques en cas de coupure
Une centrale électrique doméstique. Crédit photo : Geekbuying

L’énergie solaire revient sur le devant de la scène !

Pour accélérer la transition énergétique, l’énergie solaire semble être privilégiée par de nombreux États. Face aux statistiques établissant que seulement 3 % de production totale d’électricité provenait du solaire en 2021, contre 69 % pour le nucléaire, on se dit qu’il y a du pain sur la planche ! Outre les panneaux solaires classiques que l’on pose sur les toits des bâtiments, de nombreux autres procédés se développent à vitesse grand V en France et dans toute l’Europe. C’est le cas des tuiles solaires qui se font peu à peu une place sur ce marché en très forte progression, ou encore des films ou des batteries fabriquées à base d’encre solaire. Du côté des générateurs d’électricité, les fabricants tels que EcoFlow proposent de plus en plus de manières de stocker de l’énergie solaire, évitant ainsi de consommer de l’électricité.

Et les éoliennes dans tout ça ?

Nous en parlons un peu moins par rapport à l’énergie solaire, pourtant les éoliennes sont aussi dans le viseur des autorités pour produire de l’électricité propre. En 2021, le parc éolien français a produit 36.8 TWh soit 7,8 % de la production d’électricité nationale contre 34,1 TWh représentant 7.2 % de la consommation électrique française en 2019 (source SDES). Certes, la France progresse, mais des efforts  sont encore à fournir pour parvenir à produire plus et dépendre moins.

Eolink peut supporter des turbines allant jusqu'à 20 MW
Eolink peut supporter des turbines allant jusqu’à 20 MW. Crédit photo : EOLINK- IFREMER

De nombreuses innovations concernent l’utilisation du vent et la construction d’éoliennes innovantes, mais il faudra encore du temps pour parvenir à produire plus. Le solaire et l’éolien ne sont que deux exemples pour fournir davantage de l’électricité plus propre. Nous pourrions également citer les hydroliennes, une technologie qui prend de plus en plus d’ampleur en Europe, ou encore les pompes à chaleur. Des alternatives existent, il nous incombe de les mettre en œuvre. On peut tout de même se dire qu’il est dommage qu’il faille une guerre pour que les consciences changent et que des actions concrètes se mettent en place, non ?

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Lopinion.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page