Société

Les persécutions sur les personnes souffrant d’albinisme ont augmenté pendant la pandémie, alerte l’ONU

La pandémie de Covid-19 a fait de nombreux dommages collatéraux. Les violences sur les personnes atteintes d’albinisme ont par exemple connu une hausse très inquiétante, affirme un rapport de l’ONU.

Les deux premières vagues de la pandémie de coronavirus ont été particulièrement meurtrières, notamment pour les seniors et les gens présentant des signes de comorbidité. Les gouvernements à travers la planète avaient mis en place des mesures de restriction pour éviter la saturation des hôpitaux et ralentir la progression du virus.

Ces mesures ont été lourdes de conséquences pour l’économie mondiale; de nombreuses personnes se sont retrouvées dans des situations de précarité du jour au lendemain, surtout dans les pays en voie de développement. Les gens ont dû trouver d’autres moyens de subsistance, parfois en tombant dans l’illégalité…

Considérés comme des êtres maléfiques

Les personnes qui souffrent d’albinisme sont déjà victimes de nombreux préjugés en temps normal. La crise sanitaire n’a fait que fragiliser leur position, comme en témoigne un nouveau rapport des Nations unies. Celui-ci alerte sur la hausse des meurtres des individus albinos pendant la pandémie.

Les scientifiques expliquent l’albinisme comme une anomalie génétique héréditaire. Cette particularité affecte la pigmentation par un déficit de production de mélanine. Les personnes albinos ne passent pas inaperçues dans les pays du sud et surtout en Afrique. Elles souffrent de préjugés qui trouvent leurs origines dans les croyances ancestrales. Les albinos peuvent ne pas être considérés comme des humains; certaines traditions vont même jusqu’à les assimiler à des créatures maléfiques.

Les victimes sont majoritairement des enfants

Les individus atteints d’albinisme peuvent vivre dans des conditions difficiles qui les poussent à l’isolement. Cela ne suffit malheureusement pas à les protéger contre les violences. Les restrictions liées à la Covid-19 ont mis un terme à de nombreuses activités. Les gens ont alors vu en la sorcellerie un moyen rapide pour devenir riche: ils se sont mis à tuer des albinos en croyant que « l’utilisation de parties de leur corps dans des potions peut leur apporter chance et richesse ».

Les persécutions sur personnes souffrant d'albinisme ont augmenté pendant la pandémie alerte l'ONU
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / africa924

La Nigériane Ikponwosa Ero a été la première experte indépendante de l’ONU concernant la jouissance des droits de l’homme par les albinos. Elle a établi un triste constat sur la dégradation de la situation des personnes souffrant de cette anomalie génétique dans de nombreux pays en voie de développement. Et les victimes des meurtres sont majoritairement des enfants, déplore l’ancienne mandataire.

Des avancées majeures, mais la lutte continue

« J’ai passé les six dernières années à lutter contre les attaques liées à la sorcellerie contre les personnes atteintes d’albinisme, et je suis heureuse de constater que de nombreux progrès ont été réalisés dans plusieurs continents. Bien que nous ayons parcouru beaucoup de chemin dans la lutte contre ces actes odieux, le chemin à parcourir reste long et ardu », a écrit Ikponwosa Ero dans son rapport.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page