Innovation

Il invente une clôture végétale infranchissable plus résistante que béton et capable de résister à un 30 tonnes

Des clôtures végétales qui ne laisseraient même pas passer un camion de 30 tonnes ? Cela parait invraisemblable, pourtant Daniel Soupe en est persuadé, sa technique de clôture végétale est absolument infaillible !

Vous ne connaissez peut-être pas l’émission de France 3, « Vous êtes formidables » ? Et pourtant, cette émission nous présente souvent de petits villages français cachant de véritables trésors culturels, gastronomiques ou naturels… L’émission présente parfois des femmes et des hommes qui consacrent leurs vies à leur profession, à l’innovation ou à la préservation des ressources… Ces trois critères pourraient correspondre à Daniel Soupe, pépiniériste à Châtillon-sur-Chalaronne, dans l’Ain, depuis 47 ans…Cet homme passionné de botanique depuis toujours est aussi très ingénieux… Grâce à sa connaissance experte des espèces végétales, il vient de créer une clôture végétale quasiment infranchissable… Explications !

Pépiniériste depuis 47 ans !

Daniel Soupe est un fils d’agriculteur, son père l’a initié tout petit à l’innovation, en tentant toujours d’améliorer les choses, de fabriquer des choses plus performantes… Jeune, Daniel ne se voyait pas vraiment reprendre l’exploitation familiale et devient puisatier… Puis une opportunité se présente, un paysagiste le recrute, et il se dit que faire pousser des arbres c’est aussi être paysan… Il travaille comme ouvrier pendant un an, se forme en Suisse et dans le Sud de la France, puis en 1975, fonde sa propre pépinière… Autodidacte, il a tout appris sur le tas, les semences, les greffes… Depuis 47 ans, il innove en matière de botanique

Des clôtures végétales dans des champs
Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

La clôture végétale, comment lui vient cette idée ?

L’objectif de cette clôture naturelle est d’innover bien sûr, son leitmotiv, mais également d’anticiper le changement climatique. Lors d’une visite à l’arboretum de Kalmthout à Anvers (Belgique), il a un déclic… Pour lui, comme pour la plupart d’entre nous, il n’existe qu’une vingtaine d’espèces d’arbres tout au plus : chênes, hêtres, érables, pins pour les plus connus… L’homme, qui était pourtant déjà dans le métier découvre avec bonheur plus de 300 espèces d’arbres… Le virus de la botanique le pique et il se consacre à l’étude de centaines d’espèces d’arbres. Pour découvrir de nouvelles espèces, il voyage, grimpe à la cime des montagnes… Lors d’une virée dans les montagnes du Jura, il rencontre fortuitement Marc Laferrère, botaniste connu pour avoir créé le parc de la Tête d’Or à Lyon. Passionné d’ornithologie, écologiste précurseur, le botaniste fait découvrir au pépiniériste des espèces extraordinaires. Et ils réfléchissent à la prochaine innovation : une clôture végétale infranchissable !

À LIRE AUSSI :  Afrique : le grand mur d’arbres de 8000 km pour lutter contre la désertification commence (enfin) à sortir de terre

La clôture végétale infranchissable c’est quoi ?

Dans nos jardins, nos clôtures sont en bois, en béton, et parfois doublées d’une haie végétale… Les clôtures ont évidemment plusieurs fonctionnalités comme délimiter notre terrain, empêcher les vis-à-vis ou protéger nos animaux domestiques des fugues… Pourtant, selon Daniel Soupe, il est tout à fait possible de fabriquer un véritable mur végétal infranchissable, simplement en choisissant les bonnes espèces d’arbres et arbustes. Il explique même que ces clôtures sont 20 fois plus solides que celles en béton… Et ajoute avec humour que même un 30 tonnes ne passera pas ! Le pépiniériste a déposé un brevet sur les clôtures végétales et elles ont été testées par le ministère de la Défense, à Paris… Les clôtures passives seront-elles la norme dans quelques années ? Et la technique est finalement assez simple puisqu’il suffirait de planter des arbustes en les tressant dès la plantation… En les disposant à 15 centimètres l’un de l’autre… Dans les arbustes, il suffit d’intégrer un fil de fer ou de l’antibélier…. Les arbustes vont alors pousser entremêlés, et autour du fil de fer qui sera en tension et fera de la haie végétale, un mur discret et infranchissable ! En revanche, nous ne savons pas de quelle espèce il s’agit… Secret professionnel probablement ?

Source
France3-regions.francetvinfo.frLainagricole.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

12 commentaires

  1. On voit dans certaines régions du palissage vivant. un seul arbre palissé peut constituer plusieurs mètres de haie!! C’est magnifique et très beau en feuilles ou nu l’hiver. C’est bon de revoir le végétal à l’honneur et toute la vie que ces haies abrite!!!

  2. Ma cloture est faite de reste de taille d arbre et les ronces font le reste un control pour ne pas être submergé et de plus faisan oiseaux sont heureux.

  3. Super ! Ça s’appelle une haie plessée. Ça existe depuis les Gaulois et même César les a décrites dans la guerre des Gaules. Il disait que même un lapin ne passait pas. Il faut plusieurs variétés dont certaines qui piquent (aubépine, églantine…) et les retresser tous les 4-7 ans. Il faut alors entailler les troncs aux 2/3 à l’endroit où on veut les faire partir à l’horizontale. ..

  4. Bien dommage de ne pas partager sur les espèces utilisées toujours ce satané monopole ! sur quelque chose qui n’est qu’une redécouverte (haie plessée voir commentaire plus haut)

  5. Je veux bien pour la tresse, mais en temps que paysagiste je fais comment si je dois couper la haie (disons si elle meurt…), Et la broyer avec du fil de fer incrusté? !? Et ensuite ça se recycle en végétaux ou en ferraille?!?

  6. Cherchez sur Google earth à l’abbaye de notre dame des Dombes (Ain). J’ai inséré deux photos d’une longue allée de pommiers entrelacés formant une barrière magnifique et sûrement très efficace… Oui la nature permet de bien belles choses à qui a le savoir -faire.

  7. Ouais se protéger de quoi des intrus, je pense plutôt que en bord de mer ou de rivières pour casser la forçe de la vague ou même pour les éboulis en montagne ou bord de routes c est plus interressant que d arretter des poids lourds .

  8. Est-ce que les arbres ou arbustes constituant cette haie infranchissable, sont suffisamment résistants aux terribles sécheresses qui nous attendent dans un avenir très proche ?
    C’est la question qu’il faut se poser dorénavant, hélas.
    Je vous remercie pour votre réponse.

  9. Si il y’a du métal d’intégré dans la haie elle n’est plus une haie végétale ! Cela devient un structure métallique végétalisée, c’est totalement différent…

  10. Bonjour,
    Effectivement, il n’y a rien de réellement d’innovant, bien que son système ne soit pas tout à fait du plessage et de là à déposer un brevet… Bref, pourquoi pas s’il y a un besoin de protection rapide, mais comme dit plus haut, pour l’entretien et la gestion à plus ou moins long terme, galère avec le (ou les) fil incrustés dedans.
    Si le plessage vous intéresse, voici quelques liens de passionnés et de professionnels qui brevèteront jamais ce genre de savoir faire:
    https://www.haielementerre.fr/
    https://www.facebook.com/Asso.des.Plesseurs.des.HdFrance.et.de.Belgique
    https://www.hedgelaying.org.uk/
    https://hedgelaying.ie/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page