Le saviez-vous ? Le plastique a été inventé à l’origine pour préserver certaines ressources naturelles

Le plastique est aujourd'hui un fléau pour l'environnement, mais lorsqu'il a été inventé, il préservait les ressources comme la gomme et protégeait certains animaux...

Depuis quelques années, nous mesurons les effets nocifs du plastique sur l’environnement… Pourtant, cette matière a bien été inventée pour nous faciliter la vie, et elle est encore aujourd’hui, quasiment indispensable à notre vie quotidienne. Au départ, le plastique a été inventé pour faciliter le transport, le stockage, ou pour créer de nombreux objets (vaisselle, ordinateurs, mobilier urbain etc.) Le plastique est aujourd’hui une matière que nous estimons, à juste titre, nocive pour la planète et nous faisons tout pour l’éradiquer ! Mais savez-vous comment et pourquoi le plastique a été inventé et comment a-t-il pu avoir un tel impact environnemental en 100 ans à peine ? On va tout vous expliquer.

Quelle est l’origine du plastique ?

Le plastique a été créé par l’homme pour apporter du confort, mais également, au départ, pour réduire l’impact des actions humaines sur l’environnement. Avant le plastique, nous utilisions de matières provenant de la nature : gomme, caoutchouc, latex (produit par l’hévéa) etc. Ce serait donc pour protéger ces ressources naturelles que le plastique (PVC ou bakélite) aurait été inventé. Au XVème siècle, les historiens pensent que certaines structures religieuses étaient, par exemple, fabriquées en caoutchouc naturel. La première matière plastique artificielle est présentée lors de la Grande Exposition de Londres de 1864 et se nomme la parkésine, inventée par Alexander Parkes. Il s’agit d’un matériau transparent, élastique et imperméable créé à partir d’acide nitrique, de cellulose et d’alcool. En 1867, Daniel Spill, associé d’Alexander Parkes contrôle la production et créé une version améliorée appelée Xylonite.

Faut-il écraser ou compresser les bouteilles en plastique pour le recyclage ?
Faut-il écraser ou compresser les bouteilles en plastique pour le recyclage ? Crédit photo : Shutterstock

L’invention du plastique arrive…

En 1868, John W.Hyatt, un inventeur américain, met au point une nouvelle matière, qui se compose d’un mélange nitrocellulose et de camphre qui remplace avantageusement les matériaux d’origine animale comme l’ivoire et l’écaille de tortue, qu’il appelle le celluloïd. Le succès commercial est phénoménal, il fonde son entreprise, fabrique des boules de billards, des jouets, des peignes, des touches de piano… Les possibilités sont infinies et ne nécessitent plus de « pomper » dans les espèces végétales ou animales pour fabriquer une matière semblable.

Quelques années plus tard, c’est Kodak qui invente par le biais d’Henry Reichenbach, des films minces à partir de celluloïd, qui sont devenus par la suite un matériau de base pour la prise de photos et de films via un appareil photo. Enfin, c’est le belge Leo Hendick Baekeland qui utilise le premier le mot plastique, en 1907, après avoir mis au point la première substance 100% plastique appelée bakélite. Cette nouvelle version très stable était résistante au feu, aux chocs et à la flexion, et pouvait être produite en moins de temps que la fabrication du celluloïd et de la parkésine…. Le plastique que l’on connaît encore aujourd’hui est donc une invention Belge.

Pourquoi le plastique est-il devenu un problème environnemental ?

Comme nous vous l’avons dit, lorsqu’on invente le plastique, c’est pour préserver les ressources naturelles, mais à cette époque, impossible de savoir quelles seront les conséquences de cette matière utilisée à foison, sur l’environnement. Après l’invention du plastique, on fabrique tout avec cette nouvelle matière, que l’on pense écologique, et surtout très peu onéreuse.

Guy Mausy et son invention
Guy Mausy et son invention. Crédit photo : Guy Mausy / Plastic Mon Ami

Tout passe par le plastique, les emballages uniques, les vaccins, les cosmétiques, l’alimentation… Et, à cette époque, on ne recycle pas, on jette ! Aujourd’hui, on sait que les plastiques sont un fléau pour l’environnement, pour les océans, et qu’ils doivent absolument être recyclés… Nous revenons doucement aux bouteilles en verre, aux achats en vrac et de nouvelles matières font leur apparition : vaisselle en bambou, beewrap pour l’alimentaire etc. Mais quelles seront les conséquences de ces nouvelles matières que l’on pense respectueuses de l’environnement dans 100 ans ? Si elles sont semblables à celles du plastique, les générations futures nous le reprocheront peut-être, mais comment savoir ?

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Zmescience.com

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page