Innovation

Une scientifique invente un dispositif domestique de traitement des eaux usées pour remplacer la fosse septique

Les eaux usées seront un enjeu majeur des années à venir... Une doctorante américaine a peut-être trouvé une solution révolutionnaire !

L’eau est une denrée rare et précieuse, ce n’est plus un slogan mais une réalité… Et l’eau potable l’est encore plus quand on sait que plus de 2 millions de personnes dans le monde n’y ont pas accès. Si certains chercheurs se penchent souvent sur les différentes « manières » de fabriquer de l’eau potable, d’autres se penchent sur les eaux usées, aussi essentielles que l’eau potable finalement… Rappelons qu’en Europe, les eaux usées sont traitées, filtrées, assainies puis rejetées dans les milieux naturels. Maryam Amouamouha, étudiante aux Mines de Dakota du Sud (South Dakota Mines) vient de créer un dispositif révolutionnaire pour le traitement des eaux usées sur site. Découverte !

Le dispositif révolutionnaire en question

Elle a baptisé son invention AMBER pour bioréacteur à membrane anaérobie avec régénération électrolytique. Sur la base d’expériences récentes, pour améliorer le comportement de filtration d’un bioréacteur à membrane, un système hybride comprenant un réacteur à chicane anaérobie amélioré couplé à un procédé d’électrolyse et une membrane nano composite a été développé. Ce système devrait être aussi efficace pour l’augmentation du biogaz et pour l’atténuation dès l’encrassement. L’objectif de la doctorante étant d’améliorer l’efficacité et la stabilité du bioréacteur à membrane anaérobie.

Un filtre pour remplacer les fosses septiques
Crédit photo : KEVN / Gray Television, Inc (Capture d’écran vidéo)

Comment ça marche ?

L’étudiante des Mines a réussi à créer une mini station d’épuration (AMBER). Son appareil peut être installé dans une maison, une entreprise et venir remplacer une installation de fosse septique par exemple. Son invention pourrait également être utile pour équiper des collectivités ou un lotissement, et même un village entier ! La jeune femme explique « L’eau est un problème partout ; ils ont des problèmes en Inde, en Afrique, au Moyen-Orient et même ici aux États-Unis». Les pénuries d’eau risquent d’être de plus en plus présentes et recycler les eaux usées devient un enjeu majeur pour les générations futures. AMBER utilise donc une combinaison de biotraitement électrochimique et de filtration nano composite. La jeune femme a d’ailleurs reçu un brevet américain provisoire pour son invention, tant elle semble évidente, utile, voire essentielle.

“Dans mon pays, de nombreuses petites communautés n’ont pas accès aux systèmes d’égouts centraux ni à l’eau potable. Je me suis donc dit que si je pouvais construire un système capable de traiter l’eau de base pour l’utiliser à des fins de lavage ou d’irrigation, ce serait une bonne idée. Je me suis dit que ce serait peut-être une bonne idée et que cela aiderait ces gens.” explique le Dr. Maryam Amouamouha au journal KEVN

Pourquoi AMBER est révolutionnaire ?

Comme nous vous l’avons dit en début d’article, les eaux usées, aujourd’hui, sont rejetées dans les rivières, fleuves, océans après avoir été traitées et assainies. AMBER pourrait permettre de produire de l’eau potable, mais également du compost et du méthane pur, le biogaz du futur lui aussi ! L’eau potable pourrait donc être réutilisée directement dans la maison, le compost améliorerait les récoltes du potager, et le méthane pourrait servir à chauffer la maison, tout cela en un seul et même appareil…. Enfin, le système AMBER coûterait beaucoup moins cher qu’une installation septique.

À LIRE AUSSI :  Kumulus : ils inventent un appareil qui convertit l'humidité de l'air en eau potable

Un appareil 3 en 1 qui pourrait s’installer dans un sous-sol ou dans une petite salle des machines par exemple. La passion pour l’eau de la jeune femme lui vient de son enfance en Iran, où son grand-père était cultivateur de tournesol, maïs et haricots…

“Des milliards de personnes n’auront pas accès à l’eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène en 2030 si les progrès n’avancent pas quatre fois plus vite…” Organisation Mondiale de la santé

En voyant qu’il avait souvent des problèmes d’approvisionnement en eau pour ses cultures ou pour leur consommation, elle s’est jurée que, plus grande, elle ferait quelque chose pour que l’eau soit préservée et distribuée à tous ! Il se pourrait bien que la jeune femme soit en passe de réussir son rêve d’enfant, et la planète l’en remerciera tout comme les générations à venir !

Le Dr Maryam-Amouamouh présentant son invention
Crédit photo : KEVN / Gray Television, Inc (Capture d’écran vidéo)

Source
Sdsmt.edublackhillsfox.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

2 commentaires

  1. Très bel article, tout y est. C’est un article qui a du sens et qui devrait être partagé avec cet même idée qu’il faut réagir maintenant. Sans oublier cette petite étincelle qui fait naître l’ambition des personnes concernées.
    Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page