Astuces

Les gestes du quotidien pour limiter l’impact de son foyer sur l’environnement en hiver

À l’heure où toutes les économies sont bonnes à prendre, et en prévention des probables hausses des tarifs de l’énergie cet hiver, pourquoi ne pas opter pour la domotique ?

La première chose à faire pour tenter de multiplier les gestes du quotidien afin de limiter l’impact de son foyer peut être de penser à la domotique. Ce terme englobe toutes les applications et les appareils connectés qui permettent de gérer différents aspects énergétiques. De cette manière, les usagers peuvent gérer les pièces de leur logement à distance afin d’en optimiser les dépenses. Le premier conseil à donner consiste à dresser une liste de ses besoins !

Optimiser ses dépenses en énergie à la maison

Selon des études récentes, les principales sources de dépenses en énergie des foyers sont dues au chauffage et à l’acheminement de l’eau chaude. Les chiffres parlent de 40% en moyenne, ce qui est réellement conséquent. Cela signifie aussi qu’en agissant sur ce secteur, les habitants du logement peuvent réduire drastiquement à la fois leurs dépenses et leur empreinte carbone. Pour les férus de transition écologique, cela représente donc le premier champ de bataille. Avant de passer à la domotique, quelques astuces simples permettent d’adopter de bons réflexes, à transmettre à sa famille, ses voisins et ses enfants. La pédagogie est sans doute l’arme principale contre le réchauffement climatique !

  • faire attention à ne pas obstruer les radiateurs pour maximiser leur efficacité ;
  • en fermant ses volets ou ses stores, on empêche l’air froid de pénétrer facilement ;
  • en pleine journée, ouvrir en grand pour permettre le réchauffement naturel des rayons solaires ;
  • ne pas chauffer la maison si celle-ci est vide ;
  • ne pas augmenter la température au-delà de 22 degrés.

Concernant les autres postes de dépenses sur lesquels il est possible d’agir, il faut mentionner l’éclairage. En moyenne, cela représente 5% des dépenses énergétiques d’un foyer. Pour optimiser leur utilisation, il est nécessaire d’avoir installé au préalable des outils domotiques, pour piloter à distance leur allumage.

Les conditions pour utiliser la domotique

Pour commencer, le pilier de l’utilisation d’un système domotique est la connexion internet. Pensons donc à bien choisir une offre internet fiable, si possible en fibre optique et en WiFi 6, afin de diffuser le signal sans-fil dans l’ensemble de la maison. Pour y parvenir et aider les personnes qui vivent dans une grande maison, installer des répéteurs WiFi peut être une bonne idée. La domotique se base également sur des objets connectés qui nécessitent un investissement préalable. Heureusement, la démocratisation de la domotique permet de payer ces objets de moins en moins cher. On pense notamment à un moteur connecté pour régler l’ouverture et la fermeture des volets roulants.

Les fenêtres représentent 10 à 15% de la perte de chaleur dans une habitation.
Les fenêtres représentent 10 à 15% de la perte de chaleur dans une habitation. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit photo : Shutterstock

Une autre donnée à prendre en compte concerne le protocole utilisé. Il s’agit en réalité de la méthode de communication entre les appareils et le réseau. Afin d’obtenir la meilleure optimisation pour sa maison connectée et ainsi limiter son impact énergétique, il peut être intéressant de bien choisir ce protocole. Cela limite malheureusement la compatibilité de ces objets, qui forcent le client à tout acheter chez le même fabricant. Plusieurs protocoles sont disponibles, désignés sous les appellations “fermées” ou “ouvertes”. La première formule consiste à installer une gamme d’appareils connectés qui sont compatibles avec une box domotique fournie par le fabricant des objets connectés. Les protocoles dits ouverts permettent de s’affranchir de cette dépendance, en proposant une compatibilité avec sa box internet. Il faut configurer une passerelle IP, afin d’y connecter tous les objets entre eux. Cela permet notamment de payer ses appareils moins cher.

Exemples d’applications et d’appareils à installer

Voici quelques exemples d’applications de domotique qui peuvent être installées afin de contrôler sa maison à distance. Grâce à eux, les appareils qui constituent le foyer parviennent à être optimisés afin de réduire la consommation énergétique de ses membres. Pour commencer, il y a le Google Home qui est facilement utilisable sur les appareils Android. Alexa, l’assistant vocal d’Amazon qui est compatible avec des centaines de marques. Thuya Smart Life, qui est une application qui permet de regrouper des centaines d’objets connectés. Enfin, il y a Netatmo, le spécialiste du contrôle de la température et de la dépense énergétique. Il existe bien d’autres astuces pour limiter son impact écologique sur notre foyer comme installer un pommeau de douche connecté. Celui-ci, relié aux informations de sa consommation, change de couleur en fonction de la dépense énergétique. Un moyen ludique d’apprendre à tous qu’il est temps de couper l’eau !

Alexandre Bonazzi

Je travaille dans une société d'études et de conseil depuis 25 ans. Passionné par les nouvelles technologies, le High-tech et la pop culture en général j'ai fondé Neozone en 1999 où je partage depuis des articles et mes humeurs. Vous pouvez m'écrire directement par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page