Environnement

Une étude affirme que cette espèce d’arbre (très répandue) absorbe les polluants plastiques dans leurs racines

Une étude allemande suggère que les racines des bouleaux seraient des "super-absorbants" de microbilles plastiques dans les sols.

Et si la nature elle-même pouvait nous aider à dépolluer la nature ? Cette phrase peut vous sembler un peu étrange, mais résume finalement ce qui pourrait être une solution pour assainir l’environnement, et plus particulièrement pour dépolluer les sols des microplastiques. Deux arbres sont connus pour aider à la dépollution: l’un qui s’appelle le paulownia est un super arbre qui pousse en 3 ans et qui absorbe dix fois plus de dioxyde de carbone. Pour la dépollution des sols, il existe un arbre très commun qui serait capable d’absorber les microplastiques par ses racines. Des chercheurs allemands semblent avoir découvert une solution étonnante pour dépolluer les sols : les bouleaux ! Ces arbres au tronc blanc seraient de redoutables mangeurs de microplastiques. Explications.

Un fléau pour l’environnement

On appelle microplastique toute substance plastique mesurant moins de 5 mm de diamètre. Ces minuscules morceaux de plastiques peuvent être des nurdles, ces microbilles utilisées dans l’industrie. Cela peut aussi être des débris de sachets plastiques, de bouteilles usées par le temps, etc. Ces éléments sont dangereux pour la faune maritime qui les avalent, mais aussi pour certaines plantes qui les étouffent et évidemment pour nous, les humains, qui en avalons sans même nous en rendre compte. Une nouvelle étude explique que certains arbres comme les bouleaux pourraient donc aider naturellement à la dépollution des microplastiques du sol.

Des microplastiques (au microscope) absorbées par les racines d’un bouleau européen (Betula pendula). Crédit photo : Kat Austen et al. / Science of The Total Environment 2022
Des microplastiques (au microscope) absorbées par les racines d’un bouleau européen (Betula pendula). Crédit photo : Kat Austen et al. / Science of The Total Environment 2022

L’étude en question

Dans cette nouvelle étude publiée dans la revue ScienceDirect, une équipe scientifique du Centre de recherche allemand pour les géosciences et de l’Institut Leibniz a découvert que les bouleaux européens seraient de formidables dépollueurs de sols. Ils auraient en fait la capacité à emprisonner les microplastiques dans leurs tissus racinaires. Le tissu des arbres avait déjà été l’objet d’une étude quant à la dépollution des métaux lourds ou des polluants industriels.

À LIRE AUSSI :
Ils inventent des nanorobots bioniques en forme de poisson pour extraire les microplastiques des océans

Comment cette dépollution peut-elle se faire ?

Concrètement, les racines des bouleaux poussent à fleur de sol, et c’est bien en surface que se trouvent les microplastiques. Les scientifiques se sont donc posé la question de savoir si ces racines qui effleurent le sol étaient capables d’avaler les microplastiques. En ajoutant des billes de microplastiques fluorescents dans des pots hébergeant des bouleaux, ils ont observé les arbres pendant cinq mois au microscope. Après ce temps d’observation, les scientifiques ont détecté la présence des microbilles fluorescentes dans les racines de 5 à 17% des arbres. Les bouleaux ont été observés grâce à la microscopie à balayage laser et à la microscopie à fluorescence.

« Cette recherche pilote suggère que le bouleau a un réel potentiel en tant que solution d’assainissement à long terme, y compris la réduction de la quantité de microplastiques présents dans les sols et éventuellement dans l’eau » Kat Austen, auteure de l’étude

Il faudra encore quelques études approfondies pour déterminer l’impact des bouleaux sur la dépollution des sols à long terme. Et aussi être sûr que l’absorption des microplastiques par les racines des arbres ne nuit pas à l’arbre en lui-même et n’affecterait pas sa biomasse… C’est en tout cas une piste intéressante pour nettoyer les sols, si cela ne risque rien pour l’arbre.

Source
newatlas.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page