Innovation

Les placentas artificiels pourraient devenir une réalité d’ici cinq ans

Afin d’améliorer les chances de survie des bébés nés de façon prématurée, les scientifiques développent des placentas artificiels. On sait aujourd’hui par le biais de Futurism que ces appareils pouvant reproduire les fonctions de l’utérus pourraient bientôt devenir une réalité.

L’utérus abrite l’exploit le plus complexe et sans aucun doute aussi le plus fascinant de la biologie humaine : la transformation d’un embryon en bébé. Mais comme le souligne Spectrum, cette transformation ne serait pas possible sans le placenta. En effet, ce dernier est l’organe qui loge le fœtus.

Il est relié au cordon ombilical qui apporte l’oxygène et les nutriments nécessaires. Reproduire artificiellement ce qui se passe à l’intérieur de l’utérus est une tâche relativement complexe, voire impossible, d’autant que les scientifiques ne sont pas encore parvenus à élucider tous les mystères des premiers stades de développement.

Un travail ayant duré plus d’une décennie

Toutefois, le chirurgien fœtal et pédiatrique George Mychaliska pense pouvoir changer la donne dans un avenir plus ou moins proche. Officiant auprès de l’hôpital pour enfants CS Mott de l’Université du Michigan, à Ann Arbor, aux États-Unis, Mychaliska a passé plus de dix ans à travailler sur un placenta artificiel qui pourrait être prêt pour une expérimentation humaine d’ici cinq ans.

Construire un appareil conçu pour accueillir un bébé né prématurément pendant plusieurs semaines n’est pas anodin. Le dispositif doit par exemple en même temps être favorable à la respiration et à la croissance du fœtus.

D’importants défis médicaux et techniques

Or, dans une telle condition, le bébé est généralement très petit et est donc très fragile. Comme le souligne Futurism, les bébés nés prématurément courent un risque de se retrouver avec des problèmes de santé à long terme et/ou de souffrir de trouble du développement dans la mesure où leur organisme n’est pas encore prêt à respirer tout seul. D’autre part, les interventions médicales d’urgence peuvent endommager les poumons. Tout cela soulève des défis d’ordre médical et technique.

À LIRE AUSSI :
Votre bébé est-il plus intelligent que la moyenne ? 5 signes pour détecter un enfant précoce
Les placentas artificiels pourraient devenir une réalité d’ici cinq ans
Reproduire artificiellement ce qui se passe à l’intérieur de l’utérus est une tâche relativement complexe. Crédit photo : Shutterstock / Explode

Prévenir la respiration prématurée du fœtus

Le placenta artificiel de Mychaliska tient donc compte de ces contraintes afin d’assurer la bonne croissance du fœtus et préserver sa santé. Pour ce faire, l’expert a opté pour un système qui permet de remplir les poumons de liquide comme ils l’auraient été dans l’utérus. Le tube endotrachéal est ensuite serré de façon à prévenir une respiration prématurée qui endommagerait le système de respiration.

À noter que ce projet n’est pas le seul à avoir pour objectif d’augmenter les chances de survie des prématurés. De nombreux autres concepts sont en cours de développement comme le Biobag (vidéo ci-dessous). Alors que certains consistent à plonger le fœtus dans un bain de liquide, d’autres reposent sur une nouvelle technologie qui tente d’imiter la façon dont les poumons respirent.

 

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page