Science

Notre capacité à nous reproduire chute rapidement, ce qui pourrait causer une infertilité mondiale d’ici 25 ans !

Si nous n'arrêtons pas de consommer phtalates, BPA ou Teflon, l'humanité pourrait ne plus assurer sa survie d'ici 2045 alerte une scientifique.

Dans les années 60, les familles nombreuses étaient plus fréquentes qu’aujourd’hui ! Les conditions économiques et les évolutions du travail des femmes peuvent expliquer ce phénomène. Mais selon Shanna Swan, professeure de médecine environnementale à New York, les choix de vie et le mode économique actuel n’expliquent pas la perte de fécondité des humains.

Shanna Swan l’explique, elle, par la présence de plastiques et de produits chimiques dans notre quotidien. Cette étude alarme sur la surconsommation de plastique dans les pays industrialisés… Et affirme qu’en 2045, nous ne pourrons plus assurer la survie de l’espèce humaine par la procréation !

Pour étayer ses propos, Shanna Swan, publie en 2017 dans Human Reprodution, une étude qui alarme sur le taux de fécondité des hommes. En 40 ans, le nombre de spermatozoïdes des hommes occidentaux aurait chuté de plus de 50%. Dans un livre récemment publié, Count Down, elle explique que cette baisse hallucinante de la capacité à procréer ne serait pas juste un choix de vie ! Dire que les gens n’ont plus d’enfants parce qu’ils l’ont choisi n’est pas, selon elle, la seule raison. Pour elle, la cause est chimique explique le site The Guardian !

Une comparaison très parlante

En 1973, un homme possédait environ 99 millions de spermatozoïdes par ml de sperme. En 2011, ce taux n’était plus que de 47.1 millions ! Soit une baisse de 53,4% chez des hommes vivant dans des pays occidentaux (Australie, Europe, Amérique du Nord). “Le nombre de spermatozoïdes chez les hommes a diminué de plus de moitié au cours des 40 dernières années” précise The Guardian.

À LIRE AUSSI :
Pourquoi (et comment) adopter un adulte ?
Si nous n'arrêtons pas de consommer phtalates, BPA ou Teflon, l'humanité pourrait ne plus assurer sa survie d'ici 25 ans alerte une scientifique !
Une baisse de spermatozoïdes de 53,4% chez des hommes vivant dans des pays occidentaux. Crédit photo : Shutterstock / Yurchanka Siarhei

Toujours selon Shanna Swan, cette diminution s’expliquerait en partie par l’interférence des hormones sexuelles avec les produits chimiques.  Elle pointe du doigt les phtalates, utilisés pour rendre le plastique plus souple. Et elle explique que ces phtalates font baisser la testostérone et donc diminuent le nombre de spermatozoïdes. Réduisant par la même occasion, la fertilité masculine. Et chez les femmes, ces phtalates provoqueraient une puberté précoce, des insuffisances ovariennes, des fausses couches ou des naissances prématurées.

Ses propositions

Swan prévoit donc que le monde sera infertile en 2045 mais elle propose également quelques pistes pour changer la donne ! «Les problèmes de reproduction ne peuvent pas durer plus longtemps sans menacer la survie humaine», explique Swan dans Count Down. Outre le fait que l’industrie chimique développe enfin de nouveaux produits non hormonaux à usage domestique. Elle estime que ne pas introduire de téflon, de BPA ou de phtalates dans l’alimentation des personnes en âge de procréer pourrait largement réduire le risque d’infertilité !

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page