Innovation

Soutenue par Bill Gates, Carbon Casting veut enterrer le carbone pendant 1 000 ans dans des briques végétales

Cette technologie de blocs de biomasse résiduelle permet de séquestrer à long terme des milliards de tonnes de CO2 à un coût abordable (moins de 91 €/t). Elle peut être rapidement mise à l’échelle selon les besoins.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffit plus pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et contenir l’élévation des températures à 1,5 °C. Selon les experts, il est aussi crucial de séquestrer le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère. Selon l’Agence internationale de l’énergie, nous devrions parvenir à éliminer 1,6 Gt de CO₂ par an d’ici 2030, 4 Gt d’ici 2035 et 7,6 Gt de CO₂ à partir de 2050. Aujourd’hui, certains pays utilisent déjà des technologies de capture directe de l’air (DAC) afin d’extraire le dioxyde de carbone de l’air à l’aide de machines complexes, coûteuses et énergivores.

Avec les systèmes DAC actuels, on doit dépenser entre 600 et 1 000 $ (entre environ 500 et 900 €) pour capturer et stocker une seule tonne de CO₂. D’ailleurs, cette méthode possède une capacité assez limitée (10 000 t par an). Pour maximiser et généraliser l’élimination de carbone dans l’air, il est de mise de surmonter ces différents obstacles (coût, capacité, accessibilité…). Ce faisant, la start-up américaine Graphyte a mis au point une nouvelle approche de séquestration permanente de CO₂. Celle-ci serait moins coûteuse, évolutive et plus facile à mettre à l’échelle. Découverte.

Gros plan sur la biomasse compactée par Graphyte avant enfouissement.
Gros plan sur la biomasse compactée par Graphyte avant enfouissement. Crédit photo : Graphyte

Une approche de séquestration de CO₂ durable et évolutive

Selon Barclay Rogers, PDG de Graphyte, les solutions actuelles ne permettent pas d’éliminer suffisamment de dioxyde carbone de l’atmosphère pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique. C’est pour cette raison que la technologie « Carbon Casting » (coulée de carbone) a été conçue. Celle-ci serait la première et la seule solution de séquestration de CO₂ permanente et évolutive au monde. Elle fonctionne sans utiliser une grande quantité d’énergie, contrairement aux systèmes DAC existants. En effet, cette approche se passe en deux étapes.

D’abord, la capture du dioxyde de carbone s’effectue naturellement grâce à la photosynthèse dans les plantes vivantes. En revanche, en raison de leur décomposition ou de leur incinération au cours de leur traitement, les déchets végétaux émettent du dioxyde de carbone, du méthane (CH4) et du monoxyde d’azote (N2O). C’est là qu’intervient cette start-up en utilisant l’ingénierie pour empêcher le rejet de ces gaz polluants dans l’atmosphère. Concrètement, son équipe a développé un procédé permettant de séquestrer le CO₂ absorbé par les végétaux sur de longues périodes.

Comment cela fonctionne en 5 étapes.
Comment cela fonctionne en 5 étapes ? Crédit photo : Graphyte (capture d’écran vidéo YouTube)

Le fonctionnement de cette technologie de « coulée de carbone »

Cette entreprise récupère de la biomasse résiduelle telle que la sciure de bois, les chutes de bois et les coques de riz auprès des industries du bois et des exploitations agricoles. Ensuite, ces déchets sont complètement séchés afin d’empêcher le développement des microbes qui déclenchent la décomposition végétale (responsable de la production de gaz à effet de serre). Une fois déshydratés, ils sont comprimés en blocs très serrés. Ces derniers sont recouverts de barrières imperméables à l’eau et au gaz, deux éléments susceptibles de redémarrer le processus de décomposition de la biomasse.

Ces blocs de carbone sont enfin placés sous terre. Graphyte prévoit de les enterrer sous des terres agricoles exploitées et sous de vastes parcs solaires. Selon elle, cette technologie permet de stocker des milliards de tonnes de CO₂ pendant plus de 1 000 ans, à un coût d’environ 91 € par tonne. Dans ce projet de développement de système d’élimination de carbone, cette start-up a collaboré avec l’entreprise Haynie Family Foods pour se procurer des coques de riz. Elle est financièrement soutenue par Breakthrough Energy Ventures. Elle travaille également avec plusieurs autres entreprises du monde entier, qui visent à réduire leur empreinte carbone. Plus d’informations : Graphyte.com. Que pensez-vous de cette innovation pour séquestrer le CO₂ ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
graphyte.comfreethink.com

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

2 commentaires

  1. Propa mondialement orchestrée contre un gaz vital pour des raisons mercantiles. L’enterrer est un crime car on enterre aussi l’oxygène alors qu’il suffit de laisser la nature faire son travail. La production d’énergie produit du CO2 et de l’eau. Pour la même quantité d’énergie, si on ne produit pas de CO2 on produira de la vapeur d’eau qui est un gaz a effet de serre supérieur au gaz carbonique. Donc on obtiendra un effet opposé à celui recherché. J’accepte qu’on réserve les hydrocarbures à un usage noble, l’accuser de tous les maux est une vaste escroquerie, celle du siècle. Les profiteurs de tous poils en profitent.

  2. Quelle idée de séquestration du carbone d’origine végétale. C’est encore le résultat de la propension de certains à regarder les choses par le petit bout de la lorgnette. Je résume : on séquestre du carbone d’origine végétale parceque c’est moins coûteux que de séquestrer du carbone d’origine fossile. Donc mon choix est dicté par ce que je sais et non parce-qu’il faut. En effet le carbone d’origine végétale sert AUSSI à nourrir les sols agricoles ET IL EST AUSSI IMPORTANT de décompacter les sols que de supprimer le carbone. La bifurcation que les humains ont besoin de mener à bien est de éviter les engrais chimiques pour éviter les utilisations d’énergie, favoriser la biodiversité et utiliser les produits associés ( ceux que nombreux appellent déchets) localement et pour des usages diversifiés. Autre exemple ? Les déchets ménagers putrescibles, apportez les au compost il vous donneront de l’eau et du terreau, apportez les aux poules et vous aurez un oeuf et de l’engrais. Valeur du terreau 4€/kg valeur de l’oeuf 18€/kg. Choisissons.MC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page