Lifestyle

Les Tiny-Houses sont de plus en plus tendance et ce n’est que le commencement !

On entend parler de tiny house à longueur de journée, elles ont des émissions de télévisions dédiées... Mais pourquoi ont-elles autant de succès ?

La folie des tiny houses gagne peu à peu le monde entier… Elles existent pourtant depuis les années 1990, mais étaient à cette époque considérées comme des cabanes faites de bric et de broc. A la suite de différents événements aux Etats-Unis, comme l’Ouragan Katrina ou la crise des subprimes, les tiny houses sont devenues un moyen de relogement pour ceux qui avaient tout perdu. Les citadins échaudés par les différentes périodes de confinement subies ces derniers mois cherchent à s’évader de la ville, à profiter d’un coin de verdure sans pour autant acheter une résidence secondaire. La tiny-house s’impose donc comme le premier choix pour un mode d’habitation alternatif ! Mais pourquoi les tiny-houses sont-elles devenues si tendance ? Décryptage.

C’est quoi exactement une tiny-house ?

Pour être classée dans la catégorie tiny-house, la petite maison ne doit généralement pas dépasser les 40 m² habitables, et encore, c’est déjà grand… La surface au sol d’une tiny se situe généralement autour de 20 m². A l’intérieur, elles se configurent toutes à peu près de la même manière et comprennent une chambre (généralement en mezzanine), une pièce à vivre (salon/salle à manger), des toilettes et une salle de bain. Elles sont évidemment sur remorque, sinon, ce sont des cabanes de jardin ! Enfin, elles sont, la plupart du temps, construites en bois, écologiques, et même parfois autosuffisantes.

Une magnifique Tiny house en bois blanc et métal gris
Crédit photo : West Wood Tiny / Laurent Merle

D’où viennent ces petites maisons ?

A bien y réfléchir, elles ont finalement toujours existé ! Les premiers hommes ne vivaient-ils pas dans de toutes petites huttes de bois ? Elles remonteraient en fait à 1000 avant notre ère… Les Sioux ou les Inuits les utilisent depuis la nuit des temps, tout comme les Samoans, et ils seraient les réels inventeurs des tiny houses sous différentes formes (huttes, igloos). Des années 70 aux années 90, elles étaient les habitats privilégiés des artistes qui recherchaient de petits endroits pour laisser parler leur imagination. Puis, en 2008, quand la crise financière a frappé les Etats-Unis, de nombreux propriétaires se sont retrouvés sans maison… La tiny house s’est alors imposée comme un moyen d’avoir un toit sur la tête.

À LIRE AUSSI :  Un projet de hameau léger avec tiny house et yourte va voir le jour en Ille-et-Vilaine !

Un marché boosté par les réseaux sociaux

“Le marché devrait augmenter à un taux de croissance annuel moyen de 4 % au cours de la période de prévision”, explique le site chatttennsports.com dans une synthèse de son rapport. Une hausse expliquée notamment par les réseaux sociaux, principal moteur de croissance du marché des tiny-houses. En effet, il suffit de regarder les tendances sur Facebook ou encore Instagram pour comprendre l’engouement que suscitent ces petites maisons sur roues.

Mais pourquoi les gens veulent vivre dans une tiny house ?

Les raisons varient bien sûr selon les propriétaires, mais il est possible de définir trois grands axes quant au choix de la vie dans une tiny house:

  • la première étant une envie de quitter la ville, de trouver un coin de nature pour retrouver un peu de sérénité…
  • La seconde raison est écologique, car en plus de réduire notre empreinte carbone en choisissant ce mode d’habitation, certains ne supportent plus de vivre dans l’excès et dans la superficialité, d’entasser des choses sans utilité. Vivre dans une tiny house, c’est se recentrer sur les besoins essentiels, et de préférence en harmonie avec la nature. Dans une tiny, on trouve fréquemment des toilettes à compost, des panneaux solaires et des systèmes de récupération des eaux.
  • Enfin, le troisième axe est parfois financier, car vivre dans un espace plus petit permet évidemment de faire des économies ! Que ce soit sur le chauffage, l’eau, les taxes d’habitation, foncières, ou encore l’achat de meubles ou de matériaux pour les travaux; tout revient moins cher dans une tiny-house et c’est fondamental pour certains !

Bien évidemment, le but d’une tiny house est avant tout de rester mobile, de pouvoir se déplacer comme un escargot, avec sa maison sur le dos, dans des endroits différents chaque mois si cela vous chante… Une liberté qui est évidemment impossible quand on vit dans une maison en pierre de 100 m², bien ancrée sur ses fondations.

Source
Thomasnet.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page