Société

Loire-Atlantique : une ex-SDF construit elle-même sa petite maison de 18 m², et se retrouve devant la justice

Enora aura mis trois ans pour construire son petit nid douillet sur un terrain qu'elle a acheté et dépollué... Mais la municipalité ne l'a pas vu d'un très bon oeil !

Dans la commune des Touches en Loire-Atlantique, vit une jeune femme qui pensait avoir construit son petit paradis et pouvoir y vivre paisiblement. Mais tout aurait pu basculer ! En 2017, Enora, une trentenaire, alors SDF depuis trois ans, vit dans une caravane, et se déplace beaucoup… A la fin de l’année, cette jeune femme achète un terrain de 2200 m² sur la commune des Touches. Elle voulait vivre proche de la nature ! Dans un premier temps, elle installe sa caravane sur ce terrain classé « agricole-loisirs », explique notre source L’éclaireur. Ce terrain en friche, pollué d’amiante et de ferraille, elle le nettoie et le réhabilité à ses frais. En 2018, elle entreprend la construction d’un petit chalet en bois autosuffisant, mais les choses vont se gâter …

La « cabane d’Enora »

Le chalet en bois, Enora le dessine, puis aidée de plusieurs amis, elle en entreprend la construction. Sa tiny-house lui coûte environ 10 000€, matériaux et main d’œuvre compris. Elle ajoute des panneaux solaires qui viennent en sus du budget initial. Quelques mois plus tard, Enora dispose de 18 m². Elle utilise le soleil pour s’éclairer, l’eau de pluie pour se laver et les panneaux solaires lui apportent le peu d’électricité qu’elle consomme. Entre 80 et 100€ par an de chauffage, c’est tout ce que cela lui coûte ! Pour l’eau, elle utilise l’eau de pluie, mis à part pour son linge qu’elle lave chez une amie, et récupère quelques bidons d’eau potable quand elle se rend chez ses proches. Pour les WC, ce sont des toilettes sèches qui viennent fertiliser le sol de son jardin par la suite.

Peut-on vivre toute l'année dans un abris de jardin ?
Crédit photo (non contractuelle) : Shutterstock

Puis tout se gâte …

En 2022, la jeune femme est attaquée par la municipalité, qui avait pourtant « laissé faire », pour trois délits: on lui reproche le non-respect des règles d’urbanisme, l’absence de demande de permis de construire, et l’installation irrégulière de caravane plus de 3 mois par an. La municipalité des Touches exigeait la démolition de son chalet… Et, dans la mesure où les règles d’urbanisme n’ont pas été respectées, elle en a effectivement le droit. Retrouvez dans notre dossier, les règles d’urbanisme concernant les tiny-houses. Pour la jeune femme, qui, entre-temps a dû accueillir sa mère malade chez elle, aux beaux jours, le coup est rude, mais elle décide de se battre, trouve un avocat, et monte un dossier…

À LIRE AUSSI :
Un jeune homme prouve qu'on peut construire "sans aucune expérience" une Tiny House avec moins de 8000 euros

Le résultat du procès !

Le hasard fait parfois bien les choses, car la jeune femme avoue avoir eu de la chance de rencontrer une juge humaine et compréhensive ! Au vu de son passé de SDF, de sa vie difficile, de sa maman mourante, la jeune femme obtient le droit de conserver sa tiny-house. La juge estime aussi que grâce à elle, le terrain a été totalement dépollué à ses frais. Finalement, Enora écope d’une amende de 200€ (dont 100€ avec sursis) pour l’infraction aux dispositions du PLU et la non-déclaration de l’installation de la caravane. Puisque sa situation est désormais régularisée auprès de la justice, la jeune femme attend maintenant d’avoir une boîte aux lettres, et donc que la mairie lui attribue une adresse postale… Et une poubelle également, comme tous les habitants de la commune. NDLR : Enora a eu de la chance, mais les constructions sans demande préalable sont interdites, et si le juge ordonne la démolition, vous n’aurez aucun recours, que votre chalet vous ait coûte 10 000 ou 200 000€ d’ailleurs !

Source
Actu.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

9 commentaires

  1. C’est presque vrai concernant les constructions sans permis de construire. Si vous êtes un émir, une personnalité “puissante”, c’est à dire pourri de fric vous ne risquez même pas un simple rappel à la loi. Allez voir sur la côte d’Azur le nombre monstrueux de villas que les milliardaire Saoudiens ont fait construire sans autorisation et vous verrez que la justice n’inclus pas les très riches

  2. Lol les gens ne font rien pour les sdf français les laissent mourir la bouche ouverte dans la rue les associations s’en foutent également et quand un ex sdf trouve le moyen d’avoir un logement ont veut le remettre dehors pendant ce temps des députés qui gagnent 7000€ vivent dans des logements hlm de 97 m2 à 900€ de loyer à Paris…. vive la France… une honte

  3. J’ais connu ce genre “”d’ennuis”” quand j’ais voulu rehausser un hangar existant
    Je suis tomber dans le traquenard tendu par la mairie après dénonciation dès le début de mes travaux ,elle a exigée une demande de démolition puis après,déclarant mon terrain NU,elle a demandé un permis de construire qui a été refusé et limité à la moitié de la surface du hangar existant ,l’affaire s’est calmé après intervention de l’administration centrale de l’urbanisme de Tours ,mais je n’ais jamais pourquoi ni par qui

  4. Cette femme valeureuse mérite que les autorités la laissent tranquille. Elle a compris assez de choses pour qu’on la salue et lui offre notre bénédiction !!
    Merci à vous, Madame !!!!

  5. Les lois du roi et des geux non jamais été identique .politique pourris laissez cette pauvre femme tranquille qui vous demande rien et s en sort d elle même. Bravo à cette dame honte à toi Macron

  6. Une fois de plus notre administration montre la profondeur abyssal de sa bêtise, GRANDEUR ET DÉCADENCE voilà ce que nous devrions apposer sur le fronton de nos mairies.
    Heureusement, encore quelques hommes ont l’humanité en eux

  7. Mon dieu ce que les lois sont à double vitesse. Les riches bétonnent les côtes sans problème avec des maison beaucoup trop grandes et pas du tout écologiques et on laisse faire… Donc je suis contente du jugement pour cette dame qui a juste voulu avoir son petit chez soi très écologique.
    Bravo à elle et petit message à nos dirigeants qui s’enrichissent : prenez en de la graine et réfléchissez à des solution durables pour les personnes sans toit.

  8. Une juge a su faire la part des choses dans notre système nécessairement réglementé, merci, par d’autres situations nous trouvons aussi des compromis et nous pouvons être fière d’être en France pour ça,

  9. Temps mieux pour cette dame quel sois tombé sur un juge intelligent.
    De mon côté je vie sans électricité ds une maison contruit ds les années 50 /60 ds une zone innondable mais voisin qui sont à 450 m de chaque côté on l’électricité un de mais voisin et temps mieux pour lui à fait 3 logement ds des grange et à eu l’électricité tout le monde est pas logė à la même enseigne.
    Le jrs ou je serais innondė tout Orléans sera ds l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page