Quels animaux et insectes trouve-t-on dans un tas de compost et quel est le rôle de chacun ?

Mille-pattes, collemboles, vers de terres, pince-oreille, pourquoi ces animaux peu appréciés sont de véritables alliés des tas de compost ?

L’information n’a pas pu vous échapper : dès le 1ᵉʳ janvier 2024, tous les foyers de France devront avoir une solution pour trier leurs biodéchets. La loi anti-gaspillage imposera désormais ce tri afin que les biodéchets ne soient plus enfouis ni incinérés, mais revalorisés. Pour celles et ceux qui possèdent un jardin, le tri des biodéchets passera probablement par le compostage. Certains sont déjà équipés et récupèrent du terreau pour leurs plantations. En observant un tas de compost, il est facile de s’apercevoir qu’une petite vie animale s’y organise. Le tas de compost est un formidable écosystème à lui tout seul, où chaque animal a son importance. On vous explique tout !

Les vers de terre

Ces vers de terre, qui peuvent être fins, énormes, longs ou courts, sont essentiels pour le tas de compost. Il existe même des vers dits lombricomposteurs, que l’on ajoute pour la bonne santé du tas de compost. Ces vers de terre fouinent le sol, créent des galeries et jouent un rôle prépondérant dans l’aération du composteur. Les lombricomposteurs, eux, se nourrissent des déchets en décomposition. En digérant ces matières organiques, ils les transforment en humus qui est riche en nutriments, idéal pour nourrir les plantes.

L'invention du Bokashi de Teruo Higa.
L’invention du Bokashi de Teruo Higa. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les pince-oreilles

Eux aussi ont assez mauvaise réputation, mais ne craignez rien, ils sont absolument inoffensifs pour l’homme. Jamais ils ne vous pinceront, et encore moins l’oreille. Leurs pinces sont beaucoup trop petites pour percer une peau humaine ! En revanche, sur le tas de compost, ils ont leur importance. Souvent considérés comme des ennemis des jardiniers, ils se nourrissent de feuilles et de fleurs. Mais en réalité, ils jouent un rôle bénéfique dans le compost. Les pince-oreilles sont des décomposeurs de matières organiques en décomposition dans le compost. Ils se nourrissent de petits organismes tels que les acariens, les larves d’insectes et les vers de terre. Ce qui contribue à libérer les nutriments que contiennent ces derniers, accélérant le processus de compostage. Ils sont aussi les prédateurs de nombreux insectes nuisibles comme les cochenilles ou les pucerons. Les pince-oreilles sont les garants d’un écosystème sain et équilibré dans le tas de compost.

Le mille-pattes

Avec toutes ses pattes et une vitesse de déplacement assez hallucinante, nous sommes nombreux à ne pas l’aimer. Pourtant, lui aussi, il joue un rôle crucial dans le tas de compost. Ces petites créatures sont des décomposeurs efficaces qui accélèrent le processus de compostage. Les mille-pattes se nourrissent de matières organiques en décomposition et contribuent à fragmenter les matières plus grosses en morceaux plus petits, ce qui accélère la décomposition. Ils jouent également un rôle important dans l’aération du compost, en creusant des tunnels dans le tas de compost et en le remuant. Ce qui aide à réduire la compaction et à améliorer la circulation de l’air. De plus, le mille-pattes libère des enzymes qui contribuent à la décomposition des matières organiques et à la production de compost de qualité supérieure. Des mille-pattes dans votre compost signifient qu’il est en « bonne santé » !

Les collemboles

Les collemboles, aussi connus sous le nom de « sauterelles de printemps », sont de petits arthropodes qui vivent dans le sol et jouent un rôle important dans le compostage. Ces insectes sautillants se nourrissent des matières organiques et aident à leurs décompositions. Ils produisent une matière riche en humus et aident au maintien d’un équilibre biologique dans le compost en consommant les microorganismes pathogènes et en prévenant la prolifération d’insectes nuisibles. Ils contribuent également à la ventilation du compost en remuant les particules de sol et en augmentant l’aération.

Produire de l’énergie thermique avec du compost, le système de chauffage “oublié” de l’ingénieur Jean Pain
Produire de l’énergie thermique avec du compost, le système de chauffage “oublié” de l’ingénieur Jean Pain. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les cétoines

Les cétoines sont de petits insectes coléoptères que l’on peut trouver dans les tas de compost. Ils jouent un rôle important dans le processus de décomposition des matières organiques en accélérant la décomposition et en contribuant à la formation de l’humus. Leurs larves se nourrissent des matières organiques en décomposition, comme les feuilles mortes ou les résidus de tonte. Les cétoines sont aussi des insectes pollinisateurs essentiels pour les plantes et aident à fertiliser le sol.

Les cloportes

Nous ne les aimons pas réellement les cloportes, ces crustacés terrestres à carapace. De plus, ils ne sont pas essentiels à l’écosystème formé par le compost. Pourtant, ils jouent tout de même un rôle important dans la transformation des matières organiques en un amendement du sol riche en nutriments. En consommant ces matières organiques, les cloportes les transforment en plus petits morceaux qui peuvent être plus facilement décomposés par d’autres organismes présents dans le tas de compost. Par ailleurs, ils aident également à l’aération du tas de compost et en accélèrent donc la décomposition.

Les bactéries

Différentes familles de bactéries sont présentes dans le compost et elles y sont absolument essentielles. Les bactéries aérobies, qui ont besoin d’oxygène pour survivre, sont les principaux acteurs de la décomposition de la matière organique dans le compost. De plus, elles décomposent les matières organiques en produisant de l’eau, du dioxyde de carbone et des nutriments tels que l’azote, le phosphore et le potassium. Les bactéries thermophiles sont une catégorie de bactéries actives dans le compost chaud, où les températures peuvent atteindre jusqu’à 70 °C. Ces bactéries jouent un rôle crucial dans la décomposition des matières organiques en produisant de la chaleur et en aidant à tuer les agents pathogènes ainsi que les graines de mauvaises herbes présentes dans le compost. Enfin, les bactéries acido-lactiques produisent de l’acide lactique, qui abaisse le pH du compost et crée un environnement favorable à la croissance des microorganismes bénéfiques. Les bactéries dans le compost sont absolument indispensables !

Un composteur innovant pour être en conformité avec le compostage obligatoire en 2024.
Un composteur innovant pour être en conformité avec le compostage obligatoire en 2024. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les acariens

À la maison, nous avons plutôt tendance à les chasser qu’à les apprécier. Dans le tas de compost, comme pour le cas des bactéries, ils sont absolument essentiels au bon équilibre de cet écosystème un peu particulier. Les acariens sont des arthropodes microscopiques qui se nourrissent principalement de matières organiques en décomposition et contribuent à la fragmentation de la matière organique en plus petites particules. Cela augmente la surface disponible pour les microorganismes tels que les bactéries et les champignons, qui décomposent ensuite la matière organique en nutriments. Les acariens du compost sont également des prédateurs qui se nourrissent d’autres organismes présents dans le compost tels que les insectes nuisibles et les larves. En se nourrissant de ces organismes, les acariens régulent la population des organismes dans le compost et aident à maintenir un équilibre biologique.

Les gastéropodes : limaces et escargots

Ces deux gastéropodes peuvent se trouver dans le tas de compost et contribuer à son équilibre, mais ils n’y sont pas indispensables. Ils se nourrissent de matières organiques et de débris végétaux et peuvent contribuer à la décomposition des matières organiques en les décomposant en plus petits morceaux. Les limaces et les escargots peuvent aussi causer des problèmes en dévorant les jeunes pousses des plantes au jardin. Leur présence n’est pas « inquiétante », mais il faut, malgré tout, limiter la population de gastéropodes, au risque de voir vos plantations dévorées.

Les rongeurs

Dans certains tas de compost, on note potentiellement la présence de campagnols, mulots ou souris qui, attirés par la nourriture et la chaleur, viennent s’y nourrir. Une petite quantité de rongeurs aident potentiellement au brassage du compost, qu’ils déplacent lorsqu’ils fouillent à la recherche de nourriture. Cependant, attention avec ces rongeurs. Ils ont aussi la fâcheuse manie de grignoter les racines de plantes aux alentours. De plus, prenez garde à ce qu’un autre rongeur n’élise pas domicile dans votre compost : le rat évidemment. Les rongeurs ne sont pas indispensables au bon déroulement du processus de compostage. Il vaut mieux les tenir éloignés en installant une petite clôture autour du bac de compost.

PromoMeilleure Vente n° 1
vounot Composteur de Jardin 300L Qualité Supérieure Bac Composteur pour Jardin Déchets Bac à Composte en Polypropylène Résistant aux Chocs et aux UV Noir Vert
  • PRATIQUE : Avec notre composteur de jardin, vous pouvez recycler les déchets naturels de votre maison et jardin en un terreau riche et naturel. Vous pouvez retirer facilement le compost grâce à une...

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
20minutes.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page