Science

Ce “cimetière de virus” dans notre ADN se révèle crucial chez les mammifères

Le génome humain comporte des fragments de virus dont la présence suscite des interrogations. Ces résidus ont été observés chez d’autres mammifères et jouent un rôle crucial.

Le contact avec un virus n’est pas sans conséquence. Cela peut déclencher une infection ou une contamination au cas où le système immunitaire ne serait pas en mesure de s’en débarrasser. Un traitement adapté permet certes d’éliminer le virus.

Néanmoins, ce dernier ne disparaît pas sans laisser de traces. L’agent infectieux peut effectivement laisser un fragment dans notre génome. Il existe aussi des chances que le résidu soit transmis de génération en génération. Les scientifiques utilisent souvent le terme de poubelle ou cimetière de virus pour désigner cette portion d’ARN non codant.

Une portion constituant 8 % du génome humain

Une équipe de chercheurs de l’université de Nouvelle-Galles-du-Sud, en Australie, s’est penchée sur le cas de cette portion de notre génome. Les détails de la nouvelle étude figurent dans un article récemment publié par la revue Virus Evolution.

La portion qui intéresse les chercheurs australiens constitue environ huit pour cent de notre génome. Elle est assimilée à un registre des infections virales de l’évolution humaine. Le registre en question retrace plusieurs millions d’années d’évolution, notent les auteurs de la recherche dans leur papier. Notons que la transmission de génération en génération n’altère pas le séquençage de la portion.

Espèce techniquement éteinte, des scientifiques ont créé 12 embryons de rhinocéros blancs...

Trois familles principales de virus

Les éléments viraux endogènes (EVE pour l’anglais Endogenous viral elements) constituent le terme scientifique pour désigner ce cimetière de virus. Afin de découvrir leurs fonctions, les chercheurs ont effectué des observations sur d’autres mammifères. Les analyses ont porté sur le patrimoine génétique de 13 espèces de marsupiaux. Cela a permis l’identification de trois familles de virus parmi les éléments viraux endogènes :Filoviridae, Parvoviridae et Bornaviridae.

Ce "cimetière de virus" dans notre ADN se révèle crucial chez les mammifères
Eléments viraux endogènes (EVE pour l’anglais Endogenous viral elements) ou cimetière de virus. Photo d’illustration. Crédit image : Shutterstock / Immersion Imagery

Les Bornaviridae figurent dans le patrimoine génétique des marsupiaux australiens depuis le Jurassique. Leurs cousins américains possèdent également ce groupe dans leurs éléments viraux endogènes. Les traces retrouvées dans les sujets de la recherche incluent des variants vieux de 160 millions d’années. Les mêmes virus fossiles sont aussi présents chez les reptiles et les oiseaux. Les chercheurs ne sont pas encore parvenus à en déterminer la raison.

Des éléments viraux endogènes pas si inutiles que cela

Les éléments viraux endogènes sont des ARN non codants. D’une certaine manière, cela a conduit les scientifiques à sous-estimer leur caractère essentiel. Rappelons que les ribosomes ne traduisent pas en protéine les ARN non codants. La nouvelle étude développe ainsi l’utilité du cimetière de virus fossiles. Les éléments viraux endogènes participent effectivement au développement de nombreuses cellules. Ils peuvent même intervenir dans la transcription du génome.

Une étude de 2010 explique le séquençage du génome des fourmis et c'est fascinant !

Les mammifères possèdent des éléments viraux endogènes, mais leur quantité varie en fonction des espèces. Ces ARN non codants particuliers seraient à la base d’un processus similaire à la vaccination, avec toutefois un caractère héréditaire.

« Les intégrations virales génomiques, appelées éléments viraux endogènes (EVE), pourraient protéger l’hôte contre l’infection. Il est largement connu que les infections virales passées et les EVE jouent un rôle actif dans la défense antivirale chez les invertébrés et les plantes », notent les auteurs de l’étude.

Source
sciencealert.com

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page