Mobilité / Santé

OpenVisSim : un logiciel VR (Open Source) capable de simuler les problèmes de vue dus au glaucome

Des chercheurs britanniques ont développé un logiciel de réalité virtuelle qui est capable de simuler les symptômes du glaucome. Il s’agit d’une maladie oculaire qui réduit le champ visuel des personnes qui en souffrent.

Ces dernières années, la technologie a été un précieux allié pour le monde de la santé et de la médecine. Elle le prouve une fois de plus avec la dernière innovation en date : un logiciel de réalité virtuelle (VR) qui permet de mieux comprendre l’impact des maladies oculaires de type « déficience visuelle chronique (VI) » (comme la cataracte, le glaucome ou encore la dégénérescence maculaire liée l’âge – DMLA) sur le quotidien des patients.

Dans le cadre de la Semaine mondiale du glaucome 2020, des scientifiques du laboratoire de recherche Crabb Lab de la City University of London ont démontré que l’utilisation des casques de réalité virtuelle (HMD) peut aider à faciliter la vie des personnes atteintes de glaucome. Oui mais comment ? Tout simplement en utilisant la technologie de réalité virtuelle et augmentée pour savoir ce que ça fait de vivre avec des troubles de la vue.

À LIRE AUSSI :
Une lumière rouge fixée pendant trois minutes chaque jour améliorerait l'acuité visuelle !

Il faut savoir que le glaucome est une maladie oculaire qui réduit considérablement le champ de vision des personnes qui en souffrent. Ce problème les handicape beaucoup dans leur quotidien, ne serait-ce que pour se déplacer et se repérer dans leur propre maison.

Les chercheurs de Crabb Lab ont alors eu l’idée de développer « OpenVisSim, » un logiciel VR qui permet de « voir à travers les yeux d’une personne souffrant de glaucome. » Utilisé avec un visiocasque VR, le logiciel agit comme un simulateur : les capteurs du casque suivent le regard de l’utilisateur, puis OpenVisSim génère ensuite une zone visuelle « floue » pour obstruer son champ de vision, exactement comme s’il avait un glaucome.

Dans un article publié le 10 mars 2020 dans la revue Nature, les chercheurs expliquent qu’ils ont développé le logiciel OpenVisSim en se basant sur les données médicales d’un patient souffrant de glaucome. Le but des travaux est de fournir un outil qui permettrait aux architectes et ingénieurs de concevoir des bâtiments et des solutions de transport plus adaptés aux personnes qui sont atteintes de déficience visuelle chronique (VI).

« Nous travaillons actuellement avec des architectes pour déterminer si les simulateurs de perte de vue peuvent être utilisés pour concevoir des bâtiments et des systèmes de transport plus accessibles pour les malades. » a indiqué Peter Jones, maître de conférences à la City University of London et co-auteur de l’étude.

Des simulateurs numériques pour mieux conprendre

Jones s’est également déclaré très confiant quant au potentiel de cette technologie que lui et ses collègues sont parvenus à développer : « Bien qu’il soit impossible de recréer exactement ce que c’est que d’avoir un glaucome, nos conclusions suggèrent que les simulateurs numériques peuvent au moins permettre aux gens de faire l’expérience de certains des défis auxquels les personnes atteintes de glaucome sont confrontées chaque jour. »

Des premiers tests prometteurs

Des expériences ont été menées pour tester le logiciel : une vingtaine de personnes non-atteintes de glaucome ont accepté d’essayer la technologie à l’aide d’un visiocasque HMD. A la fin du programme, tous ont été unanimes quant à son efficacité : non seulement, le logiciel a beaucoup perturbé leur vue mais son utilisation leur a aussi permis de se rendre compte à quel point les tâches à priori banales du quotidien sont difficiles à effectuer lorsque l’on souffre de glaucome.

Vraiment pratique, le logiciel OpenVisSim est compatible avec la plupart des casques VR actuellement sur le marché mais également avec les smartphones. Mis en ligne gratuitement par ses concepteurs, il est actuellement à la disposition de tous.

Remarque : nous pouvons percevoir une commission lorsque vous achetez par le biais de liens sur notre site, sans frais supplémentaires pour vous. Cela n'affecte pas notre indépendance éditoriale. Pour en savoir plus, cliquez ici.
 

Andy RAKOTONDRABE

Il n’y a pas de réussites faciles ni d’échecs définitifs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page