Internet

CyberScore : un système d’étiquetage inspiré du Nutriscore, mais pour les sites internet

Classez les sites internet en fonction de la protection qu'ils offrent aux données de leurs utilisateurs... C'est l'objet d'une proposition de loi étudiée en ce moment à l'Assemblée Nationale !

Connaissez-vous le Nutri Score ? Ce barème a été mis en place en 2014 par le gouvernement dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé. C’est un système d’étiquetage des aliments qui comprend cinq niveaux (de A à E) et qui établit un classement nutritionnel des aliments. Concrètement, un produit classé A sera meilleur pour la santé, qu’un produit classé E. Ce nutriscore a pour but de prévenir les maladies cardiovasculaires, le diabète et l’obésité.

Dans un autre registre, nous avons l’étiquette énergie qui indique la consommation en électricité ou en eau de nos appareils électroménagers. Celle-ci est plus ancienne et date de 1992 avec la directive européenne, et s’impose aussi sur les ampoules électriques.

Désormais, c’est une étiquette appelée Cyber Score qui intéresse l’Assemblée Nationale. Cette étiquette apposée virtuellement sur chaque site internet indiquerait quand un site est fiable ou dangereux. On vous explique le fonctionnement de ce fturu concept, s’il venait à être validé par les députés.

Une proposition de loi sur le tapis

La proposition de loi nous vient de Laurent Lafon, sénateur du Val-de-Marne et président de la commission des affaires culturelles. Il souhaiterait que ce cyber-score permette d’avoir accès à une information claire sur la protection des données en ligne.

Pour le code couleur, il serait semblable à celui du Nutriscore, du vert au rouge et des lettres A à E. L’étiquette devrait apparaître dès le lancement de chaque site ou plateforme internet. Le « visiteur » saurait alors immédiatement s’il se trouve sur un site fiable ou sur un site qui présente des risques pour la sécurité de ses données.

CyberScore : un système d'étiquetage inspiré du Nutriscore mais pour les sites internet
“Les Français ont besoin d’une information claire et lisible sur le niveau de protection de leurs données personnelles en ligne. Ma ppl visant à créer un #CyberScore que les plateformes devront afficher est examinée ce matin à l’Assemblée nationale.” Crédit photo : Capture d’écran Twitter

On peut facilement imaginer qu’un site d’une grande banque française pourrait avoir le Cyberscore A quand un autre site lambda pourrait plafonner à C ou D. Cependant, même avec un E affiché, l’internaute pourrait quand même entrer sur le site. C’est un peu le même principe que sur les aliments, leur mauvais Nutriscore ne nous empêche ni de les acheter, ni de les consommer !

Quel impact pour les sites Internet ?

Selon Laurent Lafon, ce Cyberscore pourrait permettre aux hébérgeurs n’obtenant pas un score suffisamment élevé de travailler sur la sécurité du site. Et cela serait également un gage de qualité pour les internautes. Les sites internet devraient donc, si cette loi venait à être votée, s’adapter à cette nouvelle étiquette qui sera finalement leur page d’accueil.

Attention, cela ne concernerait pas tous les sites Internet, mais une centaine de plateformes ou sites. Les notes seraient attribuées par une autorité administrative compétente et les plus mauvais scores pourraient se voir infliger une amende allant jusqu’à 75 000€ pour une personne physique ou 375 000€ pour les personnes morales ! Si l’initiative semble intéressante, c’est encore assez flou au niveau de l’application, et ce ne serait que pour 2023…. Sécuriser les données des utilisateurs est plutôt une bonne nouvelle, mais si ce Cyberscore venait à voir le jour, il reste à savoir :

  • Quelle sera l’autorité administrative compétente pour noter les sites ?
  • Sur quels critères les juges se baseront-ils ?
  • Quels seront les moyens donnés aux sites pour obtenir le A convoité ?

Encore beaucoup de travail du côté de l’Assemblée Nationale qui, on le rappelle, sera renouvelée en Juin 2022 lors des élections législatives.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Presse-Citron.net

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page