Auto / Moto

Chase Zero, le premier à bateau à foil et à hydrogène au monde

Emirates Team New Zealand (ETNZ), syndicat néo-zélandais de la Coupe de l'America souhaite que les bateaux à hydrogène deviennent la norme pour les années futures... Du coup, ils ont eux-mêmes conçu leur propre bateau à hydrogène, le Chase Zero !

Et si le bateau à hydrogène était une solution pour remplacer les bateaux à moteur durables ? Une question à laquelle l’entreprise Emirates Team New Zealand (ETNZ) tente de répondre en proposant le Chase Zero, le premier foiler à hydrogène au monde. Ils promettent la même vitesse et la même autonomie qu’un croiseur sportif classique, à essence, mais sans aucune émission nocive pour l’environnement. Leurs ambitions sont énormes puisqu’ils projettent de remplacer les bateaux de la très célèbre Coupe de l’America, par des bateaux à hydrogène. Pour eux, la course n’en serait que plus pertinente et ne verrait pas d’énormes changements par rapport aux bateaux classiques, sauf celui de ne plus polluer !

Le projet ambitieux d’ETNZ

Rappelons qu’Emirates Team New Zealand, auparavant Team New Zealand, est un syndicat néo-zélandais participant à la Coupe de l’America. Ils veulent tout simplement modifier les lois de la course, et imposer dus bateaux à hydrogène pour chaque équipe… Encore faut-il que les bateaux à hydrogène existent, soient capables de filer à au moins 50 nœuds et soient solides. En l’intégrant au protocole, ETNZ espère donner le coup d’envoi à l’évolution de l’industrie vers un avenir sans carbone et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, ETNZ lance Chase Zero, son propre bateau à hydrogène et fera les premiers essais en mer, très bientôt ! Ce bateau est prévu pour « voler » au-dessus de l’eau, comme le font les bateaux à essence. Il possèdera des foils contrôlés par ordinateur et pourra atteindre la vitesse de 50 nœuds, avec six membres d’équipage à bord… Et bien sûr, sans aucune émission de gaz. Contrairement à la plupart des bateaux électriques à autonomie limitée, ce bateau à hydrogène à moteur électrique pourrait filer pendant 180 kilomètres à une vitesse de 35 nœuds (65 km/h).

Un bateau à foil à hydrogène
Crédit photo : EmiratesTeamNZ (capture d’écran YouTube)

Quelques détails techniques du bateau à hydrogène

S’il peut atteindre cette vitesse impressionnante sur une si grande distance c’est grâce à une paire de piles à combustible de 80 kW fournies par Toyota. Ces piles à combustibles sont, au départ, prévues pour la voiture Mirai. Elles pèsent 300 kg et convertissent l’hydrogène gazeux stocké à bord en électricité 400 V CC en le faisant passer sur un catalyseur et en le combinant avec l’oxygène de l’air. Le seul rejet est donc de l’H2O, soit de l’eau pure. Ensuite, l’électricité générée est stockée, soit dans une batterie, soit acheminée vers les deux moteurs électriques, des Emrax de 220 kW (295 chevaux). Les piles à combustible sont installées à l’intérieur des coques du catamarans et reliées par des arbres de transmission qui descendent des entretoises de foil jusqu’à un engrenage conique… Il transmet ainsi la puissance à une paire d’hélices Mercury.

À LIRE AUSSI :  Des chercheurs ont inventé un appareil pour produire de l’hydrogène à partir de l’air ambiant

Pourquoi choisir un bateau à hydrogène ?

La densité énergétique de l’hydrogène étant supérieure à celle d’un système alimenté par batterie, c’est la raison du choix de l’hydrogène. Chacun des quatre réservoirs contient 8 kg d’hydrogène comprimé à 350 bar, or les batteries nécessaires pèseraient plus de 3 tonnes, il faudrait alors plus de puissance pour atteindre les mêmes performances. L’hydrogène nécessaire pour générer autant d’énergie, en revanche, ne pèse que 32 kg et peut être stocké dans quatre réservoirs en fibre de carbone à haute pression à 350 bar. Le poids des deux piles et des réservoirs ne dépasse pas 300 kilos… La question du poids, dans le choix d’un bateau à hydrogène est donc primordiale. Et évidemment l’autre bonne raison de choisir l’hydrogène est d’être un carburant propre, produit de manière durable en utilisant l’électricité pour décomposer l’eau en oxygène et en hydrogène. Et vous ? Que pensez-vous d’une Coupe de l’America avec uniquement des bateaux à hydrogène ? Plus d’infos : emirates-team-new-zealand.americascup.com

Source
Mby.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Un commentaire

  1. La vrai question est avec qu’elle électricité l’hydrogène gazeux qui n’existe pas à l’état naturel sera produit ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page