Science

Nous avons enfin identifié l’origine des “sursauts radio rapides” grâce au télescope spatiale Hubble

Des chercheurs ont réussi à retracer l’origine de plusieurs sursauts radio rapides provenant de l’espace. Une découverte qui a été rendue possible par le télescope spatial Hubble.

Les sursauts radio rapides (fast radio burst, FRB) ou sursauts Lorimer (Lorimer burst) intriguent les scientifiques depuis leur première détection en 2007. Il y a quatorze ans, David Narkevic, alors étudiant à l’université de Virginie occidentale, a fait une étonnante découverte.

En fouillant dans de vieilles données de l’observatoire australien de Parkes, il a identifié un signal très fort et très court provenant des Nuages de Magellan. Des analyses ultérieures ont montré que celui-ci était d’origine extragalactique et que le diamètre de la source d’émission ne mesurait pas plus de 10 millisecondes-lumière.

Au début des années 2010, d’autres signaux similaires ont commencé à être détectés. Mais ce n’est qu’en 2015 que le mystère a été élucidé (du moins en partie) grâce à la découverte d’une source de sursauts radio rapides répétés, baptisée FRB 121102.

Des phénomènes difficiles à étudier

En raison de leur rapidité, ces sursauts sont cependant très difficiles à étudier et à suivre. Extrêmement puissante, chaque rafale crée plus d’énergie que notre soleil n’en produit au cours d’une année entière. Maintenant, grâce au télescope spatial Hubble de la NASA, les scientifiques viennent de franchir un nouveau pas majeur dans l’étude des FRB. Comme l’affirme CNN, des astronomes ont réussi à retracer l’emplacement de huit sursauts radio rapides. Ceux-ci provenaient de différentes galaxies spirales situées entre environ 400 millions et 9 milliards d’années-lumière précise le site d’actualité fredzone.org.

TOI-1685 b : sur cette exoplanète, une "année" dure 0,67 jour terrestre

Une étude sans précédent

Pour parvenir à cette découverte, les chercheurs se sont appuyés sur une combinaison d’imagerie à la lumière visible, aux ultraviolets et au proche infrarouge. « Il s’agit de la première vue à haute résolution d’une population de FRB », a déclaré l’auteure principale de l’étude, Alexandra Mannings, étudiante diplômée en astronomie et astrophysique à l’Université de Californie à Santa Cruz. À noter que les résultats de cette recherche devraient bientôt paraitre dans la revue scientifique The Astrophysical Journal étant donné qu’ils ont été validés par des pairs.

Les origines de plusieurs sursauts radio rapides identifiées grâce à Hubble
Les deux images à gauche montrent les instantanés Hubble complets de chaque galaxie. Les deux images améliorées numériquement sur la droite révèlent plus en détail la structure en spirale de chaque galaxie. Crédit photo : NASA, ESA, Alexandra Mannings (uc santa cruz), Wen-Fai Fong (northwestern) traitement d’image: Alyssa Pagan (stsci)

Des signaux émis par des magnétars ?

Auparavant, on pensait que les sursauts radio rapides pourraient être dus aux explosions de jeunes étoiles ou aux fusions d’étoiles à neutrons. Mais Mannings et Wen-fai Fong, co-auteur de l’étude et professeur adjoint de physique et d’astronomie au Weinberg College of Arts and Sciences de l’Université Northwestern, affirment que les signaux provenaient des bras spiraux de galaxies. « Parce que les bras en spirale sont des signes de la naissance d’étoiles, ce fut une surprise, offrant un indice majeur que les FRB doivent être en corrélation avec la formation des étoiles », a déclaré Fong.

Le télescope Gaia a détecté une mystérieuse perturbation qui "déchire" un amas d’étoiles proche de la Terre

Par ailleurs, les chercheurs ont constaté que les sursauts radio étaient issus de zones de « boucle d’or », suggérant que les étoiles qui en sont responsables ne peuvent pas être trop jeunes ou trop vieilles. Une autre hypothèse avancée par l’équipe est que la cause principale des sursauts radio pourrait être des explosions de magnétars.

Ces derniers sont des étoiles à neutrons supermassives dotées d’un champ magnétique extrêmement intense, entrainant ainsi des radiations électromagnétiques de haute énergie. « En raison de leurs champs magnétiques puissants, les magnétars sont assez imprévisibles (…) Dans ce cas, on pense que les FRB proviennent des éruptions d’un jeune magnétar », a déclaré Fong, rapporte CBS News.

 

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page