Insolite

Occitanie : il trouve un ancien cimetière et des dizaines de squelettes en creusant une piscine dans son jardin

Un habitant de Badens, effectuant quelques travaux sur son terrain, a eu la mauvaise surprise de découvrir des ossements humains enfouis à juste quelques centimètres du sol...

Lorsque nous décidons d’entreprendre des travaux dans notre jardin, il y a des choses auxquelles on ne s’attend pas toujours. En effet, la plupart des gens qui possèdent un terrain ne connaissent pas toute l’histoire de celui-ci. Imaginez juste un instant.

Un habitant de Badens, dans l’Aude, a désiré s’atteler à la construction de sa piscine, pour laquelle il fallait bien sûr creuser un trou. Mais le jeune homme est rapidement tombé sur… un os. Au sens propre du terme. De quoi légèrement flipper…

Une histoire incroyable que personne n’aimerait vivre

Cette histoire est celle d’Antoine, un habitant de Badens, près de Carcassonne. Il y a maintenant deux ans, le jeune homme a décidé d’acheter une maison. Mais s’il avait su ce qu’il allait y découvrir, il aurait peut-être changé d’avis.

Ce propriétaire a fait le choix d’aménager son jardin, et notamment d’y installer une piscine, pour laquelle il fallait creuser un trou. Antoine entreprit donc ses travaux, mais tomba des nus: il y découvrit un nombre incalculable de squelettes. Personne ne peut s’attendre à faire cette découverte dans le jardin de sa maison ! Des centaines de cadavres se trouvaient enfoncés d’à peine quelques centimètres sous terre.

Il y a des squelettes partout ! Il y a plus de squelettes que de terre. Les autorités compétentes sont toutes venues et depuis on en est au même point, rien n’a bougé. Ça va faire deux ans maintenant. Je suis tout seul.” déclare le propriétaire, désespéré.

À LIRE AUSSI :  L'invention des Mayas pour filtrer et stocker l’eau de leurs villes il y a plus de 2 500 ans

D’où provenaient tout ces squelettes ?

Ce qu’Antoine ignorait, c’était que sa maison, construite juste à côté de l’église de la ville, se trouvait sur le terrain où se situait auparavant l’ancien cimetière communal; or, il était autrefois de coutume de bâtir les monuments religieux tout près des cimetières.

L’inconvénient est que le propriétaire ne la maison n’a jamais était mis au courant de l’histoire de ce terrain. Antoine a donc eu la fâcheuse impression que l’Eglise s’était moqué de lui, puisque celle-ci était censée être au courant.

Toutefois, l’économe du Diocèse, Jean-François Bourdeyroux, se défend: J’étais surpris de l’apprendre. Maintenant il n’est pas rare en France de trouver des ossements près d’une église si on creuse la terre. On a été surpris, mais pas complètement surpris, déclare-t-il. Pour faire court, selon lui, Antoine aurait pu deviner par lui-même que des centaines de squelettes se trouvaient sous sa future piscine.

A l’heure actuelle, cette histoire est loin d’être réglée. En effet, avant de pouvoir débarrasser son jardin de tous ces ossements, des fouilles archéologiques doivent être effectuées. Ce qui risque de coûter très cher à Antoine, propriétaire de la maison. Cependant, la DRAC a promis au jeune homme de l’aider dans sa situation; on peut espérer qu’il ne lui reste plus que quelques mois avant qu’il puisse retrouver un jardin « normal ».

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
rmc.bfmtv.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page