Le gouvernement australien veut utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour vérifier l’âge de ceux qui se rendent sur les sites pornographiques.

La pornographie en ligne est un véritable fléau : de nos jours, il suffit de taper quelques mots clés sur Internet pour tomber sur des suggestions de sites et contenus X. Souvent, tout le monde peut alors accéder aux contenus, qu’on ait l’âge requis ou pas.

En Australie, le gouvernement est bien décidé à empêcher les mineurs de regarder du porno en ligne, quitte à employer les grands moyens. Le département australien des affaires intérieures vient à ce sujet de soumettre une proposition surprenante : mettre en place un « service de vérification des visages » en utilisant la reconnaissance faciale.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Elle invente une housse de ceinture de sécurité pour informer les secouristes que la personne souffre d'un handicap

« Les affaires intérieures développent un service de vérification des visages qui associe la photo d’une personne à des images utilisées sur l’un de ses documents d’identité afin de vérifier son identité. », a annoncé le département dans un communiqué, expliquant que « Cela pourrait faciliter la vérification de l’âge, par exemple en empêchant un mineur d’utiliser le permis de conduire de son parent pour contourner les contrôles de vérification de l’âge. »

L’idée est de balayer le visage des citoyens australiens via la reconnaissance faciale puis de stocker les images dans une base de données gérée par des agences gouvernementales. Ensuite, lorsqu’un internaute essaie d’accéder à un site porno, la technologie permet de vérifier qu’il/elle a vraiment l’âge requis. Dans le cas contraire, l’accès au site lui est interdit.

Pour l’instant, il ne s’agit encore que d’un simple projet. Le département australien des affaires intérieures doit encore attendre que le Parlement valide le projet de loi 2019 sur les services de correspondance d’identité. Pour le moment, ce n’est pas gagné car le comité de sécurité avait rejeté ledit projet qu’il estime présenter un risque pour la vie privée des citoyens.

Photo de couverture De Andrew Angelov / Shutterstock