Innovation

Trois inventions pas si révolutionnaires que ça et que nous avons déjà tous oubliées !

Les inventions se perfectionnent parfois jusqu'à devenir indispensables. Certaines tombent en désuétude par manque de technicité ou défaut de conception, mais resurgissent un jour ou l'autre !

Dans le monde des inventions, il y a celles qui connaissent un succès phénoménal et qui nous sont aujourd’hui indispensables, comme la carte à puce de Roland Moreno qui avait déposé un brevet dès le 25 mars 1974… Que serions-nous aujourd’hui sans ces cartes à puces qui ont envahi nos sacs à mains : carte bancaire, carte vitale, carte de lavage, et avant, cartes téléphoniques… La carte à puce a révolutionné le monde. Et, puis, il y a des inventions qui semblaient être révolutionnaires lors de leurs sorties, mais qui ne sont pas parvenues à conquérir le public. Les Google Glass, le chapeau radio, ou encore le fameux Minitel, retour sur trois inventions oubliées depuis.

Les Google Glass

En 2012, le géant américain Google annonce en fanfare, la sortie des Google Glass, censées révolutionner l’histoire de l’informatique. Lors de leur sortie, elles avaient l’ambition de permettre aux utilisateurs d’accéder à Internet en appuyant sur un bouton situé sur les branches de la paire de lunettes ! Et, elles pouvaient aussi répondre à la voix. Les Google Glasses sont commercialisées en mai 2014, mais révèlent un problème inattendu: en réalité, les lunettes permettent aussi de filmer discrètement le monde qui entoure l’utilisateur, et donc de filmer des personnes à leur insu, en toute discrétion. Les lunettes de Google sont alors traînées en justice par des individus qui estiment qu’elles sont une menace pour leur vie privée. Google retire rapidement les Google Glasses de la vente, et elles ne réapparaitront jamais…

Les premières Googlez Glass
Les premières Google Glasses. Crédit photo : Google

Le Minitel, rose ou pas d’ailleurs

Souvenez-vous, pour les plus de quarante ans, de ce bruit caractéristique du Minitel qui tente de se connecter au réseau France Télécom, pour nous permettre de chercher un numéro de téléphone, ou de bénéficier du fameux Minitel Rose. Le Minitel ou Médium interactif par numérisation d’information téléphonique permettait pourtant un accès à l’Internet de l’époque et fut produit de 1982 à 2012, progressivement remplacé par les modems 56 K puis le câble, après le Wifi, et enfin la fibre. À sa sortie, le Minitel remplace l’annuaire papier pour la recherche de numéros de téléphone. Ensuite, il évolue, et il est possible d’accéder à la météo, de réserver des billets de train ou d’avion et de discuter avec des professionnels de l’érotisme en ligne. À l’époque, il était même distribué gratuitement aux abonnés France Télécom, mais les factures de connexion pouvaient être très salées. Notre pauvre Minitel n’a jamais dépassé les frontières de la France et est devenu obsolète dès la fin des années 1990. Après 30 ans, France Télécom décide en 2012 de clore le chapitre du Minitel irrévocablement !

Par kevin — Flickr: minitel terminal, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20104334
Par kevin — Flickr: minitel terminal, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20104334

Le chapeau radio

Aujourd’hui, quand vous voulez écouter de la musique sur votre smartphone, vous utilisez un casque Bluetooth, et glissez les écouteurs dans vos oreilles. Souvenez-vous du casque de walkman avec ses écouteurs en mousse et son cerceau en acier. Des générations d’adolescents l’ont plébiscité dans les années 1980 – 1990. Mais, avant ce casque désormais vintage, il existait un autre moyen d’écouter de la musique en déplacement : le chapeau radio. Inventé par l’Américain Victor T. Hoeflich, le chapeau radio voit le jour en 1949, et se présente à l’époque comme le “chapeau de l’homme venu de Mars”. À l’époque, il permet déjà d’écouter la radio dans la rue et se présente comme un casque équipé d’un petit récepteur, d’une paire d’écouteurs et d’une batterie qui se met dans la poche. Il s’avèrera techniquement très limité puisqu’il captait les ondes de toutes les stations environnantes, pas très pratique pour écouter les infos ! Vendu à quelques milliers d’exemplaires, il sera retiré de la vente en 1960… Mais, il est bien l’ancêtre de nos casques ultra-technologiques actuels.

Source
Usbeketrica.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page