Lifestyle

Cet ancien cadre de Google prétend avoir découvert l’équation du bonheur

Selon l'ancien ingénieur, on naît heureux où que l'on naisse. Et ce sont les attentes que l'on a dans notre société qui forgent notre malheur. Dans son livre, il explique comment accéder au bonheur, et c'est absolument fascinant !

Connaissez-vous Mohammad Gawdat ? Ou plutôt son pseudonyme, Mo Gawdat ? Cet ancien ingénieur de Google X prétend avoir trouvé l’équation du bonheur  Et il se donne un bel objectif : celui de rendre heureux 1 milliard de personne d’ici 5 ans. Mo Gawdat a travaillé chez IBM, Microsoft ou encore Google X, avec un salaire à 6 chiffres, des voitures de luxe et des stock-options à n’en plus savoir que faire; il aurait donc pu vivre sur ses lauriers; comme on dit dans ces cas-là, il avait tout pour être heureux. Si tant est que l’on considère l’argent comme source du bonheur. Mais l’ingénieur se rend compte que celui-ci ne se mesure pas au compte en banque. Quand, en 2014, il perd son fils de 21 ans sur une table d’opération, il se dit qu’il va désormais consacrer sa vie à rendre heureux… les autres ! Dans une interview accordée au magazine Usbek & Rica, il expose sa théorie du bonheur.

La pensée de Mo Gawdat

Cet homme est ingénieur, il n’est donc ni « perché », ni utopiste, il possède juste l’intime conviction que le bonheur est inné… Que chacun de nous possède la clé du bonheur à la naissance; encore faut-il savoir dans quel sens la tourner. Dans son magnifique livre « La formule du bonheur » qu’il dédie à son fils Ali, décédé à 21 ans, il tente de nous expliquer comment trouver le bonheur. Mo Gawdat explique que, lorsqu’il a dû faire face à la mort de son enfant, il aurait pu, comme beaucoup, tomber dans une période de tristesse et de désespoir. Mais c’est à ce moment même qu’il commence à écrire son livre, avec pour objectif de partager avec 10 millions de personnes comment son fils, Ali, lui a permis de vivre sa mort.

Ne rien attendre de la vie, cela rend-il heureux ?

Mo Gawdat estime que moins nous attendons de choses de la vie, plus nous sommes heureux. Et c’est peut-être une excellente analyse du bonheur… Si l’on prend l’exemple de peuples reculés d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, leur bonheur se résume à avoir de l’eau, pouvoir cultiver leurs plantations, quand le bonheur des occidentaux se résume à posséder le dernier smartphone à la mode. Dans les pays industrialisés, la pluie qui tombe ne rend pas forcément heureux. Alors que pour ceux dont la vie en dépend, elle est une source de bonheur. Mo Gawdat explique encore que le but de ce livre n’est pas de nous rendre heureux, mais de nous apprendre à réaliser les projets qui nous rendront heureux. 

Le succès est-il synonyme de bonheur ?

Comme on pouvait s’y attendre, Mo Gawdat répond par la négative à cette question. Pour lui, il n’y a qu’à regarder: combien de rock-stars, acteurs, influenceurs se suicident ? Et combien de magnats de la finance sont gangrénés par la drogue ou l’alcool ?  Pourtant, ils devraient encore une fois avoir tout pour être heureux ! On pourrait alors se demander si, finalement, ils possèdent tellement tout, qu’ils n’ont plus rien à attendre de la vie ?

Jeune homme beau avec barbe portant un pull et des lunettes sur fond bleu très heureux et excité
La réussite est-il vraiment synonyme de bonheur ? Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / Krakenimages.com

Mo Gawdat compare un nouveau-né au réglage de base en informatique… Lorsque le bébé naît, où qu’il soit dans le monde et quelle que soit sa condition sociale, il naît heureux. Il veut juste manger, avoir chaud, recevoir de l’amour et avoir les fesses propres. C’est en grandissant que l’enfant découvre la possession, le pouvoir et la société basée sur l’argent. De là, à penser que la société pervertit l’humain, il n’y a qu’un tout petit pas non ? Et Mo Gawdat résume par cette phrase : « Par défaut, comme on dit en informatique, vous êtes heureux à la naissance, et c’est après que les choses se gâtent »

Une société qui ôte le bonheur alors ?

Si le bonheur est à l’intérieur de chacun de nous, alors ce serait la société dans laquelle on évolue qui nous le prend. L’être humain serait comme une machine de laquelle on pourrait prévoir les comportements. Concrètement, le nouveau-né qui naîtra dans une famille aisée aura plus de difficultés à ressentir le bonheur que celui qui naîtra dans une tribu reculée… Pour Mo Gawdat, c’est presque « mathématique »: naître dans une société où l’argent prévaut, c’est attendre des choses matérielles qui semblent nous rendre heureux, mais seulement pour un temps donné, jusqu’à vouloir un autre objet qui laissera le premier tomber en désuétude.

Nous pourrions expliquer longuement toute la théorie de Mo Gawdat, qui nous livre une lecture passionnante. Mais pour l’auteur, l’accession au bonheur est possible pour chacun d’entre nous.

Dans 5 ans, vous ferez peut-être partie des 5 milliards de personnes que le livre de Mo Gawdat aura rendu heureux ! Sinon vous pouvez aussi découvrir le magnifique livre de Laurent Gounelle, notre livre de chevet : L’homme qui voulait être heureux; une autre théorie du bonheur, un peu plus philosophique, qui fait du bien.

La Formule du bonheur
  • Gawdat, Mo (Auteur)

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
UsbekEtRica.com

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page