Société

Ai-je le droit d’installer un mobil-home dans mon jardin ou terrain privé ?

Vous aimeriez vivre dans un mobil-home sur un terrain privé ? Mais au fait, que dit la loi ?

Comme de nombreuses personnes, vous avez peut-être décidé de changer de vie ! Ou de plaquer la ville pour la campagne, votre grande maison ou appartement pour une tiny house, voire un mobil-home. Mais être propriétaire d’un mobil-home ne veut pas forcément dire pouvoir l’habiter toute l’année… En effet, faire de son mobil-home sa résidence principale est encadré par des règles d’urbanisme, qu’il vaut mieux connaître avant d’emménager, et ce, même si le terrain sur lequel est posé le mobil-home vous appartient… Quelle est la réglementation en la matière ? On va tout vous expliquer.

Puis-je installer mon mobil-home dans mon jardin ?

Depuis la loi ALUR de 2014, le mobil-home est désormais considéré comme un habitat léger et mobile et peut devenir votre résidence principale à condition d’y vivre plus de 8 mois par an. Dans les textes donc, vous pouvez l’installer dans votre jardin privé, mais les règles d’urbanisme n’étant pas universelles en France (mais communales), il faudra quoi qu’il arrive vous renseigner en mairie pour connaître vos droits et vos devoirs quant à votre future résidence « mobile ».

Pourquoi et comment acheter un Mobil-home ?
Prix, règlementation, conseils, on vous dit tout sur les mobil-homes. Crédit photo : Shutterstock / nito

Où puis-je installer mon mobil-home ?

Dans un premier temps, sachez que si vous habitez votre mobil-home moins de 3 mois par an, aucune déclaration n’est nécessaire. En revanche, si vous avez fait le choix de vivre à l’année dans une « maisons sur roues », donc déplaçable, trois options sont possibles :

  • Sur un terrain privé constructible, pour un mobil-home de moins de 20 m² de surface habitable, il faudra faire une déclaration de travaux au service urbanisme, et s’il dépasse les 20 m², il faudra obtenir un permis de construire.
  • Sur un terrain de camping, vous n’aurez pas besoin d’autorisation pour y vivre toute l’année mais vous devrez vous acquitter de frais de location de la parcelle, d’une redevance annuelle, des taxes de séjours par occupant, et parfois de droits d’entrée sur le terrain de camping, qu’il soit privé ou municipal d’ailleurs.
  • Dans un Parc Résidentiel de Loisirs (PRL), vous devrez acheter votre parcelle de terrain pour y installer votre mobil-home, sans autorisation préalable du service urbanisme, puisque le terrain est destiné à cet usage.

Attention, certaines municipalités interdisent purement et simplement l’installation de mobil-homes sur leur territoire, il faut donc vraiment se renseigner avant d’entreprendre toute installation.

Quelles taxes pour mon mobil-home ?

Considéré comme une résidence mobile, le mobil-home, s’il conserve ses roues, ne sera pas assujetti à la taxe d’habitation, et ce, même s’il est raccordé aux réseaux d’eau et d’électricité, ni à la taxe foncière, qui se calcule sur le bâti ! Enfin, la taxe sur les résidences mobiles terrestres ne s’appliquera pas non plus, car elle concerne les camping-cars et caravanes. Il est impossible ou presque de tracter un mobil-home sur route, comme on le ferait pour une caravane, il échappe donc aussi à cette taxe.

A-t-on le droit d'installer un mobil-home dans son jardin ?
A-t-on le droit d’installer un mobil-home dans son jardin ? Crédit photo : Shutterstock / goory

Les seules taxes que devront payer les propriétaires de mobil-homes sont des taxes communales.

Attention cependant, si vous avez obtenu un permis de construire, et que votre mobil-home devient une résidence fixe, alors les taxes seront les mêmes que pour un habitat traditionnel. Quoi qu’il en soit, renseignez-vous toujours dans la commune où vous souhaitez vous installer. Si vous posez votre mobil-home sans autorisation, la mairie pourra engager des poursuites et demander votre expulsion comme elle le ferait pour les gens du voyage qui s’installent de manière illicite.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page